Politique

La France Insoumise va-t-elle vers l'explosion ?

La France Insoumise se déchire depuis l’annonce ce vendredi, par voie de presse, de l’accession prochaine de Manuel Bompard à la fonction de coordinateur du parti. Ce proche de Jean-Luc Mélenchon devrait être désigné comme successeur d'Adrien Quatennens, qui avait dû se mettre en retrait de ses fonctions à cause de violences contre sa femme. L'élu a été condamné à 4 mois de prison avec sursis par le tribunal de Lille, ce mardi 13 décembre. 

Comme le relève BFMTV, l’Assemblée du parti s'est bien tenue samedi 10 décembre, mais l'affaire était entendue : la décision de nommer Manuel Bompard à la tête de LFI était déjà prise par le noyau dur des décideurs Insoumis. À noter que, contrairement aux autres partis, LFI désigne ses cadres par “consensus”. Une partie des membres actuels de la direction du parti n’ont pas été associés à cette décision, à l’image de Clémentine Autain, de François Ruffin ou d’Alexis Corbière. Ils ne sont d’ailleurs pas admis dans la nouvelle direction du parti. Tout au plus sont-ils retoqués dans un nouveau Conseil Politique, dont le rôle est uniquement consultatif.


À Libération, Clémentine Autain, députée LFI de Seine-Saint-Denis, fait part de son mécontentement : « Après trois mois de travail à huis clos, et malgré des avancées, je constate que le repli et le verrouillage ont été assumés de façon brutale. Les militants n’ont pas eu voix au chapitre, alors qu’ils devraient être les acteurs principaux du mouvement », explique-t-elle. Et Raquel Garrido, elle aussi évincée, de renchérir, au micro de BFMTV : «On est à la limite de l'autoproclamation. C'est grotesque. Le resserrement du mouvement nous fragilise et crée du dégoût en politique ».
Sur son blog ce dimanche, Jean-Luc Mélenchon a demandé à ses troupes de « ne pas se sentir obligé » de « dénigrer les autres ou de rendre la vie commune impossible par des confidences de presse ». Manuel Bompard a taclé ses coreligionnaires mécontents, affirmant sur France Inter que leur contestation est «un problème de riche ».




Loin du tumulte, EELV élit une secrétaire générale défavorable à la Nupes

La cloche sonne différemment du côté des Verts : Marine Tondelier, conseillère municipale de l’opposition à la mairie d’Hénin-Beaumont (Hauts-de-France), emporte avec l’assentiment de 90,8% des 5625 votants la place de secrétaire générale de EELV. À 36 ans, la militante écologiste est une modérée, comparativement à Sandrine Rousseau. Avec Marine Tondelier, EELV devrait rester intégrée à l’alliance de la Nupes. Elle explique ce choix «parce que les combats que nous avons à mener, ensemble, tout de suite, sont nombreux, à commencer par les retraites ». Comme la relève RTL, elle indique cependant vouloir développer un « grand mouvement de l'écologie politique », loin des affres de la France Insoumise. L’avenir de la Nupes est plus sombre que jamais.

Mayeul Chemilly

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Eric BLANCON

Il y a 1 ans

Signaler

0

comme le fonctionnement de leur partenaire de votes européistes/wonkyste... larem

Patrick Jobart

Il y a 1 ans

Signaler

1

La démocratie selon LFI… Une sorte de secte autoritaire. Imaginons le pays dirigé comme l’est ce prétendu parti totalitaire et on se retrouve en plein cauchemar. L’effondrement ce cet édifice sera un vrai plaisir.

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Attaque de l’Iran contre Israël : le monde retient son souffle…

Pour sa riposte, inévitable après la destruction de son consulat à Damas, l’Iran, pensait-on, utiliserait ses « proxy », le Hezbollah au Liban, les milices chiites en Irak ou les Houthis en Mer Rouge pour se venger d’Israël. Rien de tout cela ne s’est produit.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL