Géopolitique

La France implique sa flotte de guerre dans le conflit israélo-palestinien

La lecture des articles est réservée aux abonnés

La marine de guerre américaine n’est pas la seul à être confrontée aux attaques de drones des milices houthis financées par l’Iran au Yémen et à y répondre. La frégate française multi-missions (FREMM) Languedoc a abattu en mer Rouge dans la nuit du 9 au 10 décembre deux drones volant vers elle  depuis le nord du Yémen comme l’a confirmé l’état-major des armées. Les interceptions de ces armements houthis ont eu lieu à 110 km des côtes yéménites. Précisons que cette frégate de classe Aquitaine a été admise au service actif en 2017 et a participé aux bombardements sur la Syrie l’année suivante. Elle accompagne en ce moment le porte-avion américain Eisenhower en mer Rouge. Ayant pour port d’attache Toulon, elle embarque habituellement un équipage de 108 hommes.


Ambiguïté de la position française


Comme le Hezbollah au Liban, les rebelles houthis font partie du dispositif géopolitique chiite armé par l’Iran et animé par une hostilité franche à l’actuelle reprise en main très musclée de la bande de Gaza par Israël en réponse à l’attaque terroriste du Hamas perpétrée le 7 octobre dernier. Depuis le Liban et le Yémen, c’est par des actions de basse intensité que les alliés autoproclamés du Hamas harcèlent le nord et le sud de l’État d’Israël mais aussi les navires accusés de ravitailler celui-ci.  

Cette situation reflète à merveille l’ambiguïté de la position française vis-à-vis du conflit israélo-palestinien depuis le 7 octobre, entre soutien à Israël et souci humanitaire à l’égard de la population de Gaza. Une ambiguïté qui, au-delà des incertitudes reflétées par les déclarations contradictoires d’Emmanuel Macron, procède de l’impossibilité de réconcilier l’intérêt de puissance qu’a la France de sécuriser cette voie maritime essentielle et notre traditionnel discours sur le respect des droits de l’homme. 

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

philippe paternot

Il y a 2 mois

Signaler

0

ils interceptent des missiles mais ne bombardent pas les points de départ de ces engins ! les houtis doivent se marrer

À lire

La recherche française face au défi des coupes de l’État

Dans un décret paru jeudi 22 février au Journal officiel, le gouvernement a acté 10 milliards d’euros de coupes budgétaires. Le ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur est durement touché. Cette annonce risque de retarder les avancées scientifiques françaises, déjà à la traîne.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier