Géopolitique

La Finlande intègre l’OTAN

Le Président Emmanuel Macron s’en est félicité sur les réseaux sociaux : la Finlande, pays le plus heureux du monde selon un rapport parrainé par l’ONU, est le 31e pays à intégrer l’OTAN ce mardi 4 avril 2023. La veille, en effet, le parlement hongrois a approuvé la candidature déposée par la Finlande en mai dernier en réaction à l’intervention russe en Ukraine. Si la candidature de la Suède est toujours freinée par Ankara et Budapest, les autorités d’Helsinki peuvent se féliciter de la célérité de l’examen de leur souhait de rejoindre l’organisation militaire occidentale. L’adhésion de la Finlande à l’OTAN met fin à sa neutralité historique depuis la fin de la Seconde Guerre mondiale. 

Ironie du sort, cette intégration rapide au sein de l’OTAN survient au lendemain de la défaite subie par celle qui l’avait initié, la Première ministre socialiste finlandaise, Sanna Marin, 37 ans. Obtenant moins de 20 % des suffrages et seulement 43 sièges lors des élections législatives de dimanche dernier, le parti de cette étoile montante de la gauche européenne arrive en troisième position, derrière les conservateurs (20,82 et 48 sièges) et les populistes (20,05 % et 46 sièges). C’est donc le conservateur Petteri Orpo, 53 ans, membre du Parti Populaire Européen, qui devrait lui succéder.

La Finlande, pays de 5 millions et demi d’habitants, partage 1340 km de frontières avec la Russie. Indépendante de son puissant voisin depuis 1917, attaquée par lui en 1939, la Finlande a su alors résister héroïquement à l’avancée de l’Armée rouge sous le commandement avisé du maréchal Carl Gustaf Emil Mannerheim (1867-1951). Neutralité ne signifiant pas pacifisme, la conscription militaire d’une durée variant de 6 à 12 mois est toujours obligatoire pour les jeunes gens en Finlande. Ce pays a notamment déployé des troupes en ex-Yougoslavie et en Afghanistan. 

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Martine RIGOLET

Il y a 1 ans

Signaler

3

la Finlande craindrait-elle une invasion russe ? Bien peu probable au demeurant ! Cette allégeance à l'OTAN ressemble plutôt à une soumission aux Américains et à Von der Leyen leur suppôt, le but étant peut-être et même sûrement de laisser s'installer sur les quelque 1.300kms de frontière commune avec la Russie des équipements d'observation, voire d'agression, au prétexte de défense . On peut se poser la question !

À lire

« La question des mineurs victimes d’abus sexuels devrait constituer une priorité de politique publique »

Un entretien d’OMERTA avec Béatrice Brugère, secrétaire générale du Syndicat Unité Magistrats, auteur du livre "Justice : la colère qui monte" (L’Observatoire) et Delphine Blot, magistrate.

Législatives : Ces personnalités de la droite et du centre qui soutiennent l’initiative d’Éric Ciotti

Anciens ministres, parlementaires ou maires, issus de la droite libérale, ils approuvent le choix du Président des Républicains de nouer des accords électoraux avec le Rassemblement national pour gagner les élections législatives. Revue des effectifs.

Enfance en danger : Karl Zéro, Mathieu Bock-Côté et Najat Vallaud-Belkacem au menu d’OMERTA

Le cinquième numéro papier d’OMERTA , d'ores et déjà disponible en kiosque, frappe fort en abordant des thématiques trop souvent taboues, des scandales volontiers mis sous le boisseau, en lien avec l’avenir de nos enfants.

Quand le général de Gaulle refusait de commémorer le 6 Juin 1944

Si depuis trente ans, les commémorations des principaux anniversaires du débarquement anglo-américain sur les côtes normandes sont orchestrées, et parfois instrumentalisées, par les Présidents de la République française, il n’en a pas toujours été le cas.

Europe : à quelques jours des élections, la grogne des agriculteurs ne retombe pas

Dans cette semaine préélectorale, les agriculteurs européens se mobilisent, des Pyrénées à Bruxelles pour défendre leurs intérêts et alerter l’opinion. En France c’est le syndicat Coordination rurale qui demeure le plus mobilisé, la FNSEA restant en retrait.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier