Géopolitique

Kadyrov, le cœur à la guerre

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Tandis que l’armée russe continue de subir la contre-offensive ukrainienne dans la région de Kharkiv ( prise des villes d’Izioum et Lyman) et nouvellement dans la région de Kherson avec la perte de Doudtchany, le président Tchétchène Ramzan Kadyrov, incarne de plus en plus la frange radicale de la société russe qui critique les choix militaires de Vladimir Poutine jugés comme trop modérés. 
 
En effet, celui-ci, dans des déclarations pour le moins musclées, a lancé un appel à l’utilisation d’armes nucléaires de faible puissance, pour selon lui, arrêter de « jouer ». Parallèlement à cela, le chef tchéchène a envoyé trois de ses fils adolescents ( 14, 15 et 16 ans ) sur la ligne de front, expliquant que ceux-ci étaient depuis longtemps formés au combat militaire et au maniement des armes.
 
Ces déclarations diffèrent de la position habituelle du dirigeant, forçant Moscou à qualifier poliment « d’émotif » cet appel.
  
Dans les faits, Kadyrov et ses « kadyrovtsy » sont déployés depuis le début du conflit à travers des milliers de combattants, ceux-ci ayant obtenu plusieurs victoires du fait de leurs compétences dans le combat urbain comme dans les villes de Marioupol, Severodonetsk, Lisitchansk, comme constaté par nos journalistes sur place. 
 
Cependant, depuis la contre-offensive ukrainienne qui franchit de plus en plus les lignes russes, les guerriers de Kadyrov font état de défaillances au sein de l’armée russe causant la perte de villes et territoires du Donbass
 
A ce titre, le retrait de la ville de Lyman fut très mal digéré par le dirigeant Kadyrov et ses hommes. Le manque de communication et de munitions nécessaires ont entraîné la perte de la ville ainsi que des critiques à l’égard du colonel général Russe Alexandre Lapine (Cnews). A son sujet, le dirigeant tchéchène s’est exclamé de rage « Si cela ne tenait qu'à moi, je le rétrograderais, je le priverais de ses récompenses et je l'enverrais au front, avec une mitrailleuse à la main, afin qu'il lave sa honte au …

Jules Andrieu

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

David Bescond

Il y a 1 ans

Signaler

0

Pourquoi cet article ne s’affiche plus lorsqu’on déroule l’onglet « Géopolitique » ?

À lire

La recherche française face au défi des coupes de l’État

Dans un décret paru jeudi 22 février au Journal officiel, le gouvernement a acté 10 milliards d’euros de coupes budgétaires. Le ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur est durement touché. Cette annonce risque de retarder les avancées scientifiques françaises, déjà à la traîne.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier