Géopolitique

« Jour de la Victoire » à Moscou : Poutine en posture défensive

 
Il n’y aura pas de survol du défilé par l’aviation militaire, comme il est de coutume en ce 78e jour anniversaire de la victoire sur l’Allemagne nazie, à Moscou. Les formations chamarrées des soldats en tenues de parades ont investi la place Rouge tôt dans la matinée, sous un ciel clément. Subtilité de fuseaux horaires et de choix idéologiques, la Russie et ses alliés fêtent ce jour le lendemain de la date du 8 mai retenue par les occidentaux. Mais le faste habituel de la cérémonie se trouve, pour l’édition 2023, amputé d’une partie de ses effectifs. D’autres défilés urbains ont été simplement annulés, par mesure de sécurité. Les récentes incursions de drones ukrainiens dans le territoire russe mettent les services de sécurité du Kremlin sur les dents : la semaine dernière, Vladimir Poutine aurait échappé à une tentative d’assassinat. 
 
Poutine : « Une guerre a été lancée contre notre patrie » 
 
Le discours prononcé par Vladimir Poutine à l’occasion du "Jour de la Victoire" est surtout l’occasion d’une double opération de communication. L’une, à destination de ses adversaires ukrainiens et de leur soutien occidentaux. L’autre, à destination de l’opinion publique russe. Le défilé militaire est le support tout en force à ces deux messages. 
 
Pour l’Occident, on retiendra que la fédération de Russie n’a « pas de nations hostiles à l'ouest ou à l'est », et que « comme la majorité des habitants de cette planète, nous voulons voir un avenir pacifique, libre et stable ». Un peu de philosophie également, sur le refus d'une « idéologie de suprématie en raison de sa nature » qui est « répugnante, criminelle et mortelle. » Le discours du président russe se veut défensif, et ne contient pas de menace nucléaire, comme on aurait pu s’y attendre. Dernièrement, seuls des personnages de second plan se sont chargés d’en faire mention. 
 
Ses compatriotes retiendront, eux, l’exaltation de la puissance guerrière et la nécessaire défense d’une patrie agressée jusque dans son sein. « La civilisation est de nouveau à un tournant. Une guerre a été lancée contre notre patrie », a lancé Vladimir Poutine devant ses troupes. « Rien n'est plus important actuellement que votre tâche militaire. La sécurité du pays repose aujourd'hui sur vous, l'avenir de notre État et de notre peuple dépend de vous », a-t-il ajouté. Cette posture défensive glorifie l’héroïsme militaire. « Les batailles décisives pour le destin de notre patrie sont toujours sacrées », a-t-il déclaré. Habituellement, les Russes rendent hommage à cet héroïsme en défilant avec les portraits de leurs aïeux tombés au combat. Mais pas de portraits cette année. On craint trop que les sacrifiés de la guerre en Ukraine entachent les réjouissances. 

Mayeul Chemilly

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Yann MORELLEC

Il y a 11 mois

Signaler

1

Je reste convaincu que le Pentagone avait dans ses projets une agression contre la Russie afin d 'isoler celle-ci non seulement économiquement mais politiquement et culturellement du reste du continent européen.

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier