Géopolitique

Israël : Netanyahou assume un virage populiste

 
Jérusalem retenait son souffle mardi 3 janvier. A sept heures du matin, Itamar Ben Gvir, ministre israélien de la Sécurité nationale, posait le pied sur l’esplanade des Mosquées, troisième lieu saint de l’islam, pour une dizaine de minutes. Une provocation assumée qui secoue le fragile statu quo entre juifs et musulmans. Car cet endroit est aussi le mont du Temple, le site le plus sacré du judaïsme. Pourquoi le Premier Ministre Benyamin Netanyahou a-t-il risqué une énième reprise des hostilités interconfessionnelles ? La réponse pourrait être assez simple : Benyamin Netanyahou est poursuivi pour plusieurs affaires de corruption et il pourrait chercher à faire pencher la balance en faveur d’une amnistie.  Résultent, les liaisons dangereuses qu’entretient le chef du gouvernement avec la droite radicale juive orthodoxe, grâce à qui il a été réélu pour la sixième fois – non consécutive – à la tête du gouvernement de l'État Hébreux. 
 
Ce rapprochement avec l’extrême droite israélienne prend acte avec la nomination d’Itamar Ben Gvir au ministère de la Sécurité Nationale. Figure de proue du nationalisme radical israélien, son accession au pouvoir est un marqueur d’importance de l’évolution des mentalités. L’identité constamment mise à l’épreuve du peuple hébreu trouve en ce ministre un tumultueux porte-voix, dont le parti d’origine est le Otzma Yehudit (Force Juive), ouvertement suprémaciste. Le tour matinal qu’est venu faire le ministre en question sur l’esplanade des Mosquées, n’a rien d’anodin : son parti revendique depuis des années l’accès libre de l’endroit pour que les juifs puissent s’y recueillir. L’opération était conduite avec l’accord tacite de Benyamin Netanyahou. Ben Gvir aurait reçu le feu vert du Premier ministre et du ministre de la Défense. Une provocation qui sonne comme un « prélude à une escalade » pour le mouvement islamiste palestinien Hamas, comme le relève Le Monde. La dernière incursion de la sorte, en 2000, avait provoqué la deuxième Intifada. Ce jeudi 5 janvier, on ne relève pas de violences à la suite de cette opération. 
 
 
Réformes du système législatif 
 
De profondes réformes du système législatif ont été annoncées par le gouvernement. La mesure principale, c’est la reconsidération du poids de la Knesset, la chambre des députés, face à celui de la Cour suprême, chargée de valider en dernier ressort les lois. Avec la mesure, il suffira de 61 députés sur les 120 que compte la chambre pour casser une décision de la Cour suprême. Le Parlement étant dominé par les partis nationalistes, un risque de main-basse sur le pouvoir législatif se fait sentir, sans garde-fou. Benyamin Netanyahou pourrait d’ailleurs se servir de la Knesset pour faire voter une loi d’amnistie en sa faveur. « Des gens pour lesquels nous n'avons pas voté [la Cour suprême, NdlR] décident pour nous. Ce n'est pas la démocratie », a défendu le ministre de la Justice, relayé par Radio France Inter. Une exception cependant : si la Cour suprême prend sa décision à l’unanimité des 15 juges, elle pourra s’affranchir de l’avis du Parlement.  

Mayeul Chemilly

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Europe : le RN accélère la recomposition des droites européennes au détriment de l’AFD

L’exclusion des Allemands de l’AFD du groupe commun avec le RN et la Lega au Parlement européen peut faciliter la constitution d’un groupe souverainiste unique après les prochaines élections européennes prévues le 9 juin.

Emmanuel Macron peine à rassurer les agriculteurs

De l’avis de beaucoup d’observateurs, Emmanuel Macron a rapidement mis sous le boisseau la crise agricole, étant incapable de la régler. L’Élysée mise sur un succès de la FNSEA lors des prochaines élections aux chambres d’agriculture pour garder le contrôle de ce secteur économique en pleine mutation, quitte à laisser la révolte gronder dans les campagnes françaises.

Cinéma Omar Sy à Trappes : c’est Renoir qu’on assassine

La ville de Trappes (Yvelines) a décidé de rebaptiser le cinéma municipal du nom de l’acteur au prétexte qu’il soit natif de la commune. En faisant cela, le maire socialiste Ali Rabeh, proche de Benoit Hamon, et son conseil municipal remisent au placard Jean Renoir, inoubliable réalisateur de « La Grande Illusion » et de « La Règle du jeu ».

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier