Politique

Immigration : Darmanin incapable de dégager une majorité

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Le ministre de l’Intérieur français a vu son projet de loi sur l’immigration empêché d’être discuté à l’Assemblée nationale après que la gauche, le Rassemblement national et une partie du groupe LR aient voté le 11 décembre une motion préalable de rejet déposée par les députés écologistes. Le Président de la République a refusé sa démission.

Jusqu’au bout, Gérald Darmanin y aura cru, battant le rappel des élus centristes et choyant les élus de droite pour obtenir une discussion de son projet de loi sur l’immigration, annoncé comme l’un des grands textes législatif de l’année 2023. Il lui fallait pour cela obtenir le vote de 268 députés contre la motion préalable de rejet déposée par l’opposition. Il n’a pu en mobiliser que 265 contre 270 favorables à cette motion.

C’est le groupe Les Républicains, présidé par Olivier Marleix, qui a fait penché définitivement la balance dans un sens défavorable au gouvernement. De quoi satisfaire le président du parti, Éric Ciotti, même si deux députés membres du groupe se sont portés au secours du gouvernement (l’ancien secrétaire d’État Nicolas Forissier et Alexis Vincendet) et qu’une poignée d’autres élus LR se sont abstenus.

Un pouvoir affaibli


Il est fort possible que Gérald Darmanin ait été victime dans cette affaire du zèle de Sacha Houlié, président de la commission des Lois de l’Assemblée nationale et figure de l’aile gauche des macronistes, accusé par la droite d’avoir détricoté le texte élaboré au Sénat. Le centre gauche ne veut pas en effet laisser le seul centre droit à la manœuvre en prévision des futures échéances électorales, à commencer par l’élection présidentielle.

Il est probable que ce texte aille désormais en commission mixte paritaire, c’est-à-dire devant sept députés et sept sénateurs, une formation parlementaire penchant à droite en raison des équilibres parlementaires actuels. C’est donc le texte du Sénat qui aurait alors le plus de chance de ressurgir et d’être proposé au vote des députés.

Après le vote d’hier, …

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Diplomatie : le net recul de la France

Encore un recul significatif : la France perd deux places dans le très sérieux classement 2024 des réseaux diplomatiques mondiaux publié par The Lowy Institute. Elle se trouve désormais devancée par la Turquie et le Japon ! Une situation évidemment mal vécue par les diplomates du Quai d’Orsay par ailleurs souvent en butte à l’hostilité de la cellule diplomatique de Élysée.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL