Société

Hausse des atteintes à la laïcité dans les écoles

Le ministère de l'éducation nationale a publié un communiqué de presse pour rendre compte des atteintes à la laïcité dans les écoles au mois de septembre. Ce bilan jusqu'ici trimestriel, a été mensualisé à la demande du ministre de l’Éducation Nationale Pap Ndiaye. Cette décision a été prise à la suite du rapport du trimestre dernier (d'avril à juillet 2022) qui recensait 904 signalements contre 635 pour le précédent (de décembre à mars 2022).
 
Le bilan du mois de septembre fait état d'une augmentation des atteintes à la laïcité, qui n'ont pas diminué depuis le trimestre dernier. 313 signalements ont été faits ce mois-ci, concernant 59 260 écoles. D'après le communiqué, ces atteintes à la laïcité ont été faites en majorité par les élèves (82%) et au sein des lycées (51%), certaines ont été commises par des professeurs, dans une moindre mesure (8%). La majorité des signalements (54%) concernait le « port de tenues religieuses ». Parmi les autres types d'atteintes, plus minoritaires, on retrouve notamment la « suspicion de prosélytisme » (8%), le « refus d'activité scolaire » (13%) ou encore les « revendications communautaires » (7%). Cette augmentation intervient alors qu'un plan de formation continue des personnels de chaque école, collège ou lycée lancé à la rentrée 2021 se poursuit, afin de parer à ce type de situation.
 
Si les signalements ont augmenté au mois de septembre, ils ont été observés en majorité dans les lycées, ce qui n'était pas le cas au semestre dernier. Pour la période d'avril à juillet 2022, 51% des signalements concernaient des collèges, contre 30¨% pour les lycées. La tendance s'est inversée en septembre, puisque les signalements qui concernent les collèges équivalent désormais à 36%, contre 51% pour les lycées.
 
Dans un entretien accordé à nos confrères du Monde, Pap Ndiaye reconnaît qu'il y a « bel et bien une vague de port de tenues pouvant être considérées comme religieuses, notamment les abayas, les qamis et les bandanas. » Le ministre de l’Éducation Nationale met cette augmentation sur le compte d'un « phénomène de coordination et d'agitation d'une partie de notre jeunesse sur les réseaux sociaux ». Les jeunes qui utilisent ces plateformes seraient en proie, selon lui, aux conseils de « certains influenceurs malintentionnés » qui inciteraient les adolescents à « déjouer la loi ». Le ministre indique travailler sur ce sujet avec le ministère de l'intérieur, affirmant que la « République est plus forte que TikTok ». Pap Ndiaye a tenu à s'adresser « aux chefs d'établissement et aux professeurs » afin de réaffirmer le « soutien total de toute l'institution » envers eux.
 

La rédaction d'OMERTA

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

[Éditorial] Attaque de l’Iran contre Israël : le monde retient son souffle…

Pour sa riposte, inévitable après la destruction de son consulat à Damas, l’Iran, pensait-on, utiliserait ses « proxy », le Hezbollah au Liban, les milices chiites en Irak ou les Houthis en Mer Rouge pour se venger d’Israël. Rien de tout cela ne s’est produit.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL