Géopolitique

Génocide au Rwanda : Emmanuel Macron emprunte la voie dangereuse du révisionnisme historique

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Emmanuel Macron a annoncé le jeudi 4 juillet vouloir reconnaître le fait que la France « aurait pu arrêter le génocide » perpétré en 1994, mais ne l’a pas fait sous la présidence de François Mitterrand, par des membres de l’ethnie hutu (cultivateurs) contre des Tutsis (éleveurs), au Rwanda, ancienne colonie belge. Ce génocide a fait entre 800 000 et un million de morts. Cette reconnaissance se matérialiserait le dimanche 7 avril par une vidéo enregistrée à l’occasion de la commémoration du trentième anniversaire de ces massacres. Le président français ne se rendra pas en personne à Kigali dimanche mais y sera représenté par son ministre des Affaires étrangères, Stéphane Séjourné. 

D’anciens militaires français, comme Guillaume Ancel, ancien officier des Troupes de marine, ont évoqué la livraison d’armes par la France aux Hutus. Une possibilité écartée par le colonel Jacques Hogard, présent sur place à l’époque, auteur d’un livre essentiel sur le sujet : Les larmes de l’honneur (Hugo et Cie, 2005) et qui déclarait en 2019 à la chaîne de télévision Public Sénat  « Guillaume Ancel n’est pas crédible. La fameuse livraison d’armes dont il parle et dont il est incapable de donner la date, moi je vous la dis : c’est le 22 juillet [1994]. Nous avons livré ce jour-là, des vivres, des bâches plastiques etc… à des réfugiés, des familles des ex-forces rwandaises. Oui je l’ai fait et j’assume. »

Un rapport français très contesté


Le « rapport Duclert » rendu en 2021 par l’historien Vincent Duclert au Président de la République française, concluant à une responsabilité de Paris dans l’origine du génocide a été contesté par Didier Jean dans un livre publié l’an dernier aux éditions Lavauzelle et préfacé par Alain Juillet, ancien directeur du renseignement à la DGSE.

Concernant les dérives de Paul Kagame, 66 ans, qui préside de façon autoritaire aux destinées du Rwanda depuis l’an 2000, on lira avec profit le livre de la journaliste anglaise Michela Wrong, qui a notamment travaillé …

Jacques Cognerais

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Yann MORELLEC

Il y a 1 mois

Signaler

0

Qu' est-ce que Macron ne ferait pas pour un plaire à un chef d 'Etat noir ?? !!

philippe paternot

Il y a 1 mois

Signaler

0

l'important pour le président macron, c'est de rabaisser la france, à chaque fois qu'il va à l'étranger il nous tacle méchamment , étonnant, non? c'est le seul chef d'état à agir de la sorte

À lire

Europe : le RN accélère la recomposition des droites européennes au détriment de l’AFD

L’exclusion des Allemands de l’AFD du groupe commun avec le RN et la Lega au Parlement européen peut faciliter la constitution d’un groupe souverainiste unique après les prochaines élections européennes prévues le 9 juin.

Emmanuel Macron peine à rassurer les agriculteurs

De l’avis de beaucoup d’observateurs, Emmanuel Macron a rapidement mis sous le boisseau la crise agricole, étant incapable de la régler. L’Élysée mise sur un succès de la FNSEA lors des prochaines élections aux chambres d’agriculture pour garder le contrôle de ce secteur économique en pleine mutation, quitte à laisser la révolte gronder dans les campagnes françaises.

Cinéma Omar Sy à Trappes : c’est Renoir qu’on assassine

La ville de Trappes (Yvelines) a décidé de rebaptiser le cinéma municipal du nom de l’acteur au prétexte qu’il soit natif de la commune. En faisant cela, le maire socialiste Ali Rabeh, proche de Benoit Hamon, et son conseil municipal remisent au placard Jean Renoir, inoubliable réalisateur de « La Grande Illusion » et de « La Règle du jeu ».

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier