Géopolitique

Front de l’est : la pression russe s’intensifie, les Ukrainiens résistent

Entre 15 000 et 25 000 obus sont tirés chaque jour dans l’est de l’Ukraine, mais Kiev n’est l’auteur que d’un tiers seulement de ces tirs. Le rapport de feu penche incomparablement en faveur de Moscou. Pourtant, ce 21 février, la courbe du front qui s’étend du nord au sud sur les oblasts de Kharkiv, Louhansk, Donetsk, Zaporijia et Kherson forme encore ce quart de lune caractéristique qu’on observe depuis octobre 2022. La guerre n’a pas perdu en intensité, mais le plus petit mètre carré coûte cher, avec prises de terrain limitées. Sans qu’on puisse se fier aux pertes annoncées par les deux camps, les informations du terrain témoignent du caractère meurtrier de cette phase de la guerre.   
 
Le lent grignotage russe       

Aux environs de Koupiansk (oblast de Kharkiv), les Russes ont pris Dvorichne et Hryanikivka. Plus au sud, non-loin de la ville de Kreminna (oblast de Louhansk), déjà contrôlée par les Russes, les Ukrainiens se retranchent dans Lyman et Chervonopopivka, deux localités soumises à un intense bombardement adverse. À soixante kilomètres de là, Bakhmout, le « hachoir à viande », est coiffée par les Russes, qui bombardent tous les villages alentours où s’accrochent les forces ukrainiennes. C’est l’un des points les plus chauds de la ligne du front. Les Ukrainiens y ont engagé quelques contre-offensives à succès ces derniers jours, afin de dégager les voies d’accès à la ville et ne pas offrir une victoire symbolique au président Poutine pour l’anniversaire de l’invasion.  En cas de prise de Bakhmout, l'armée russe et ses supplétifs auraient accès à une large zone difficilement défendable par les Ukrainiens. 
 
Dans le secteur de Donetsk, le front s’est très légèrement déplacé à l’ouest de la ville, en faveur des Russes. Ce grignotage met en jeu les localités de Avdivka, Krasnohorivka, et de Marink. Plus loin, la situation est explosive à Vouhledar, au sud-ouest de Donetsk, où la tentative de percée des Russes patine depuis plusieurs jours, aux prix de nombreuses pertes. La ligne des combats se poursuit vers l’ouest jusqu’au Dniepr, au sud-est de la ville de Zaporijia, et suit le cours du fleuve jusqu’à la mer Noire. Notons que la ville de Kherson abandonnée aux forces ukrainiennes mi-novembre, est régulièrement bombardée depuis.
 
Une guerre d’usure ?
 
La dénomination de « guerre d’usure » a souvent été employée depuis la stabilisation du front à l’est. Si le terme est pertinent, il est difficile de déterminer à qui profite le plus le temps. Vladimir Poutine affiche clairement sa confiance dans le temps long, l’immensité de la Russie permettant d’avoir confiance en sa profondeur stratégique, en ressources et en hommes. 
 
Jouer la montre, c’est aussi miser sur le désintérêt progressif de la communauté internationale, voire sur la détermination de nouveaux alliés à s’émanciper de la médiation occidentale. La position de la Chine, qui propose un plan de paix à Poutine, est en cela à suivre de près. Pour les Ukrainiens, le temps n’est un ami que s’il pousse progressivement l’OTAN à s’engager plus avant dans son soutien militaire et diplomatique. À l’heure actuelle, Kiev semble réserver ses forces vives et ses meilleures troupes pour résister à l’offensive russe à venir, mais multiplie ses appels à l'aide, pour obtenir des munitions et des armes lourdes. 

Mayeul Chemilly

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

PHILIPPE SOUCHET

Il y a 10 mois

Signaler

0

Exact ! Mais quand le rapport des obus est de 10 contre 1, cela fait tout de même pas mal de dégâts...

vincent guillin

Il y a 11 mois

Signaler

0

Raisonnement qui n'a aucun sens ; 1 obus offrant une très grande précision peut faire beaucoup plus de dégâts que 10 qui ont une précision moindre.

Franco Lenardon

Il y a 1 ans

Signaler

0

Le rapport d'obus tirés quotidiennement entre les deux armées se situe entre un coefficient qui varie entre six et dix. Le nombre de morts est en proportion.

À lire

La recherche française face au défi des coupes de l’État

Dans un décret paru jeudi 22 février au Journal officiel, le gouvernement a acté 10 milliards d’euros de coupes budgétaires. Le ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur est durement touché. Cette annonce risque de retarder les avancées scientifiques françaises, déjà à la traîne.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier