Géopolitique

France / Israël : une relation entre chaud et froid

La lecture des articles est réservée aux abonnés

C’est le deuxième entretien en trois jours pour Emmanuel Macron et Benyamin Netanyahu. Ce lundi 9 octobre, le président français a exprimé auprès du Premier ministre israélien, sa « vive préoccupation au sujet des otages et des blessés ».

Depuis l’attaque du Hamas contre Israël dans la nuit de vendredi à samedi, le chef de l’État n’a cessé d’exprimer la solidarité de la France à l’égard de l’État hébreu « et des Israéliens ». Au travers du temps, la France a adopté diverses positions à l’égard du conflit israélo-palestinien, sans pour autant créer de rupture profonde dans les relations bilatérales qu’entretiennent la France et Israël. 

C’est en janvier 1949, que la France reconnaît officiellement l’État d’Israël. Cependant, il faudra attendre le 20 mai 1949 pour voir les relations entre les deux pays se normaliser. Sous la IVe République, la France et Israël ont eu des relations diplomatiques très marquées. En 1956, alors que l’Égypte décide de nationaliser le canal de Suez, la France forme une coalition avec l’État hébreu et le Royaume-Uni. À ce moment-là, les deux pays européens ont des intérêts politiques, économiques et commerciaux dans le canal de Suez. De son côté, Israël souhaite s’ouvrir les portes du canal, interdit de navigation aux navires israéliens. Le 29 octobre 1956, l’État hébreux envahit la bande de Gaza et le Sinaï égyptien, tandis que Français et Britanniques bombardent deux jours plus tard l’Égypte. Mais sous la pression de l’URSS et des États-Unis, cette coalition sera forcée de capituler une semaine plus tard. 

Évitement délibéré


La mandature suivante se montrera plus critique à l’égard d’Israël. Le général de Gaulle, premier président de la Ve République, déclare en novembre 1967, quelques mois après la guerre de six jours, que « la voix de la France n’a pas été entendue ». Une phrase faisant référence à sa rencontre du 24 mai 1967 (deux semaines avant la guerre des Six Jours, ndlr) avec le ministre israélien des affaires étrangères de l’époque, …

Rémy Savarit

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

L’Assemblée nationale effectue sa rentrée dans une ambiance surchauffée

La nouvelle législature de l’Assemblée nationale a réélu sa présidente macroniste mais elle sera sous le contrôle d’un bureau majoritairement aux mains des élus du Nouveau front populaire. Le Rassemblement national, de son côté, a été tenu à l’écart des différents organes de gestion de la chambre des députés.

Nice : un incendie criminel tue trois enfants

Dans la nuit du mercredi au jeudi 18 juillet, un incendie s’est déclaré à Nice. Le nombre de victimes s’élève à sept personnes dont trois enfants. La piste criminelle est envisagée.

Dernier train pour Benoît Duteurtre

Le monde des lettres françaises pleure la mort prématurée d’un romancier antimoderne, nostalgique d’une France généreuse où la douceur de vivre n’était pas un vain mot. Benoît Duteurtre avait redonné de fort belle façon leurs lettres de noblesse aux trains, aux vaches, à l’opérette et aux plages normandes.

Enfance en danger : Karl Zéro, Mathieu Bock-Côté et Najat Vallaud-Belkacem au menu d’OMERTA

Le cinquième numéro papier d’OMERTA , d'ores et déjà disponible en kiosque, frappe fort en abordant des thématiques trop souvent taboues, des scandales volontiers mis sous le boisseau, en lien avec l’avenir de nos enfants.

Europe : à quelques jours des élections, la grogne des agriculteurs ne retombe pas

Dans cette semaine préélectorale, les agriculteurs européens se mobilisent, des Pyrénées à Bruxelles pour défendre leurs intérêts et alerter l’opinion. En France c’est le syndicat Coordination rurale qui demeure le plus mobilisé, la FNSEA restant en retrait.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier