Société

Fonction publique : une mobilisation en demi-teinte

La lecture des articles est réservée aux abonnés

En amont de la place Edmond-Rostand à Paris, un dispositif policier de plusieurs camions est en place. La rue est calme. Des passants se dirigent vers les magasins, quand d’autres, habillés d’un chasuble fluo, se dirigent vers la manifestation. Plusieurs ont des pancartes en carton faites à la main avec des slogans tels que “Attal, écoute-nous, on connaît le terrain… Toi, tu n’y connais rien !”. Sur place, les couleurs des syndicats : rouge, bleu, jaune, sont arborées sur les camions.

“Le gouvernement nous écoutera-t-il ?”


Près des drapeaux du syndicat Force ouvrière, des enseignantes du Lycée Timbaud dans l’Essonne, justifient leur présence à Paris.

“Notre première revendication concerne notre salaire. Notre point d’indice [outil qui permet de calculer les salaires bruts de la fonction publique] est gelé depuis 10 ans. De temps en temps, on nous donne des petites primes. Le problème, c’est qu’on ne cotise pas pour la retraite. Donc, nous demandons une augmentation de salaire.
La deuxième revendication concerne l’effectif par classe. En lycée, les classes peuvent accueillir jusqu’à 36 élèves par classe. Il y a un an ou deux ans, c’était 35 élèves. Si on ne montre pas notre mécontentement, ça peut monter jusqu’à 38 élèves. Au contraire, on veut que les effectifs se réduisent. Pour répondre à ce besoin, il faut embaucher. Le gouvernement recrute un maximum de contractuels : des gens précaires. Personnellement, on préfère travailler avec des professeurs formés qui sauront gérer les classes.”

Des salaires bas pour un temps de travail long


Les deux enseignantes continuent de se confier sur la réalité de leur métier.

“En tant qu’enseignant, on a un temps de service obligatoire, c’est-à-dire qu’on doit passer 18h par semaine face aux élèves. Notre effectif horaire peut monter jusqu’à 40h. Par exemple, quand on est professeur principal ou qu’on fait des heures supplémentaires. Après 15 ans d’ancienneté, je gagne un peu plus de 2 000€. Et ma collègue, avec ses 20 ans …

Laura Renoncourt

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

philippe paternot

Il y a 1 mois

Signaler

0

les syndicats ont fait voter macron au 2è tour croyant pouvoir le manipuler! quels traitres

À lire

[Analyse] États-Unis : le Congrès va débloquer 61 milliards de dollars pour l’Ukraine

La Chambre des représentants des États-Unis a dégagé une majorité pour voter 61 milliards pour l’Ukraine, 13 milliards pour Israël et 8 milliards pour Taïwan. Zelensky et Netanyahu se félicitent de cette décision qui financera, non sans arrière-pensées, leurs opérations militaires mais également le complexe militaro-industriel américain.

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL