Société

Fonction publique : une mobilisation en demi-teinte

La lecture des articles est réservée aux abonnés

En amont de la place Edmond-Rostand à Paris, un dispositif policier de plusieurs camions est en place. La rue est calme. Des passants se dirigent vers les magasins, quand d’autres, habillés d’un chasuble fluo, se dirigent vers la manifestation. Plusieurs ont des pancartes en carton faites à la main avec des slogans tels que “Attal, écoute-nous, on connaît le terrain… Toi, tu n’y connais rien !”. Sur place, les couleurs des syndicats : rouge, bleu, jaune, sont arborées sur les camions.

“Le gouvernement nous écoutera-t-il ?”


Près des drapeaux du syndicat Force ouvrière, des enseignantes du Lycée Timbaud dans l’Essonne, justifient leur présence à Paris.

“Notre première revendication concerne notre salaire. Notre point d’indice [outil qui permet de calculer les salaires bruts de la fonction publique] est gelé depuis 10 ans. De temps en temps, on nous donne des petites primes. Le problème, c’est qu’on ne cotise pas pour la retraite. Donc, nous demandons une augmentation de salaire.
La deuxième revendication concerne l’effectif par classe. En lycée, les classes peuvent accueillir jusqu’à 36 élèves par classe. Il y a un an ou deux ans, c’était 35 élèves. Si on ne montre pas notre mécontentement, ça peut monter jusqu’à 38 élèves. Au contraire, on veut que les effectifs se réduisent. Pour répondre à ce besoin, il faut embaucher. Le gouvernement recrute un maximum de contractuels : des gens précaires. Personnellement, on préfère travailler avec des professeurs formés qui sauront gérer les classes.”

Des salaires bas pour un temps de travail long


Les deux enseignantes continuent de se confier sur la réalité de leur métier.

“En tant qu’enseignant, on a un temps de service obligatoire, c’est-à-dire qu’on doit passer 18h par semaine face aux élèves. Notre effectif horaire peut monter jusqu’à 40h. Par exemple, quand on est professeur principal ou qu’on fait des heures supplémentaires. Après 15 ans d’ancienneté, je gagne un peu plus de 2 000€. Et ma collègue, avec ses 20 ans …

Laura Renoncourt

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

philippe paternot

Il y a 4 mois

Signaler

0

les syndicats ont fait voter macron au 2è tour croyant pouvoir le manipuler! quels traitres

À lire

[Analyse] Joe Biden se retire, voici Kamala Harris

Notre directeur de la rédaction revient sur la démission expresse du Président sortant des Etats-Unis d'Amérique et son probable remplacement par sa vice-présidente, Kamala Harris comme candidate du Parti démocrate face à Donald Trump.

[Éditorial] La France parlementaire à l’arrêt, Emmanuel Macron seul aux commandes

Faute de majorité parlementaire et prétextant l’ouverture des Jeux Olympiques, le Président de la République a renvoyé la formation d’un nouveau gouvernement à la mi-août. En attendant, Gabriel Attal et son équipe démissionnaire continuent d’expédier les affaires courantes. La situation est inédite mais pas sans solutions.

La gauche radicale poursuit sa guerre contre la filière agroalimentaire française

Le Village de l’eau de Melle (Deux-Sèvres) a été l’occasion d’une action massive des écologistes radicaux à la Rochelle dirigée contre les gros producteurs et collecteurs de céréales utilisant les infrastructures du port de La Pallice. Plusieurs centaines d’activistes ont commis de nombreuses dégradations dans la préfecture de Charente-Maritime ce samedi 20 juillet.

Dernier train pour Benoît Duteurtre

Le monde des lettres françaises pleure la mort prématurée d’un romancier antimoderne, nostalgique d’une France généreuse où la douceur de vivre n’était pas un vain mot. Benoît Duteurtre avait redonné de fort belle façon leurs lettres de noblesse aux trains, aux vaches, à l’opérette et aux plages normandes.

Enfance en danger : Karl Zéro, Mathieu Bock-Côté et Najat Vallaud-Belkacem au menu d’OMERTA

Le cinquième numéro papier d’OMERTA , d'ores et déjà disponible en kiosque, frappe fort en abordant des thématiques trop souvent taboues, des scandales volontiers mis sous le boisseau, en lien avec l’avenir de nos enfants.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL