Culture

[Essai] Les Dépossédés : à la recherche du peuple perdu

La lecture des articles est réservée aux abonnés

 Ils ont été chassés de partout : de la mer, de leurs régions, de leurs villes, du champ de l’acceptable. Depuis plusieurs décennies, on les force à la « résilience ». Cette France, c’est celle à qui parlent Fabien Roussel, François Ruffin et Marine Le Pen. Celle qui a été oubliée par les autres. 

Cette « majorité ordinaire », Christophe Guilluy choisit de la décrire, d’expliquer pourquoi on ne l’entend plus. Alors qu’elle accédait à la mer grâce aux congés payés, les stations balnéaires l’ont confinée dans des campings. Alors qu’elle vivait tranquillement en ville après l’exode rural, l’explosion des prix du logement l’a remmenée à la campagne. Alors que l’éducation lui permettait d’accéder à la compréhension du monde, la technocratisation et la création d’un microcosme inclusif-exclusif l’a renvoyée vers son état originel. On pourrait multiplier les exemples à l'envi, de ces innombrables « dépossessions » que le peuple français subit cinquante ans. 

Pour Guilluy, il y a deux classes populaires. Celle des Gilets Jaunes, et celle des « enclaves blédardes », sujet de ce cinéma hollywoodien qui ne représente rien d’autre que les fantasmes de la « bourgeoisie cool » qui vit à Paris, à Bordeaux et qui s’acharne par tous les moyens à mettre en œuvre son modèle électoral : « There is no majority ». Si le « peuple ordinaire » n’existe pas, si le monde est trop complexe et ne peut être compris que par les dirigeants, alors l’ascenseur social est mort, et les clivages auront tôt fait de vaincre le moindre élan populaire. Un des grands paradoxes de cette bourgeoisie est brillamment mis en lumière : son inclusivité est sélective, et se traduit par l’exclusion de l’antique classe populaire. 

La grande force de cet essai, c’est qu’il ne s’arrête pas à ce constat. La fin de l’ouvrage est ainsi dédiée à une perspective plutôt originale : l’espoir. Face aux discours déclinistes qui composent l’immense majorité de ce type d’essais, Dépossession voit un futur possible. Sans naïveté, …

Marguerite de Rubempré

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Élections européennes : La fiche d’identité du Parti animaliste

Pour qui allez-vous voter aux élections européennes ? Si vous êtes encore indécis, et même si vous avez fait votre choix, Omerta vous propose une fiche d’identité de toutes les têtes de listes avec leurs principales propositions. Hélène Thouy représente la liste Parti animaliste. Son programme s’axe principalement sur la protection animale.

Gaza : Les Occidentaux embarrassés par le réquisitoire de la Cour Pénale Internationale

Les possibles poursuites de la CPI contre Benjamin Netanyahu et Yoav Gallant inquiètent les chancelleries occidentales qui seraient alors obligés de les arrêter en cas de séjour sur leurs territoires, mis à part aux États-Unis qui n’ont pas ratifié le statut de Rome.

Emmanuel Macron peine à rassurer les agriculteurs

De l’avis de beaucoup d’observateurs, Emmanuel Macron a rapidement mis sous le boisseau la crise agricole, étant incapable de la régler. L’Élysée mise sur un succès de la FNSEA lors des prochaines élections aux chambres d’agriculture pour garder le contrôle de ce secteur économique en pleine mutation, quitte à laisser la révolte gronder dans les campagnes françaises.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL