Géopolitique

Emmanuel Todd : « La troisième guerre mondiale a déjà commencé »

Emmanuel Todd, c’est d’abord une voix discordante. Surtout dans sa propre patrie. D’où le choix du Japon comme terre d’édition première pour son nouvel essai, où les Japonais « tout aussi antirusses » n’ont pas tant que les Français l’habitude de le ranger parmi les auteurs sulfureux. L’Europe de l’Est y est plus lointaine, et ses ouvrages toujours accueillis, selon lui, avec intérêt. Il résume son attitude en une image parlante : « Il m’est pénible de parler en historien froid. Mais quand on pense à Jules César enfermant Vercingétorix dans Alésia, puis l’emmenant à Rome pour célébrer son triomphe, on ne se demande pas si les Romains étaient méchants, ou déficients par les valeurs ».

« Une sorte de quiproquo »

Fort de cette posture, il part d’un constat : « On pensait que l’Ukraine allait se faire écraser militairement et que la Russie se ferait écraser économiquement par l’Occident. Or il s’est passé l’inverse. » La résistance économique des Russes prend de court l’Occident tandis que le front, lui, s’enlise. Une telle méprise sur la réalité économique du pays s’expliquerait selon lui par de mauvaises mesures, et notamment le sacrosaint PIB. Celui des États-Unis, fondé sur  « toute une économie de services mal définis, incluant la « production » de ses 15 à 20.000 économistes au salaire moyen de 120 000 dollars » n’a pas de quoi se vanter face à une Russie comptant « 30% de plus d’ingénieurs ».

Pourquoi global ? Car en s’appuyant sur le géopoliticien John Mearsheimer, il ajoute qu’avec son armée totalement prise en main dès 2014, l’Ukraine était « de facto membre de l’OTAN » et déjà perçue comme un glaive pointé vers la Russie. De même pour les bases avancées de l’OTAN : « Bakhmout est à 8400 kilomètres de Washington mais à 130 kilomètres de la frontière russe. » Il n’est pas illogique alors que les Russes conçoivent avant tout cette guerre comme « préventive et défensive ». 

Des enjeux existentiels

Car côté russe, les enjeux sont absolument cruciaux : confronté à une Ukraine plus résistante qu’un fragile « failed state » en devenir, Vladimir Poutine doit « gagner la guerre en 5 ans, ou la perdre » pour une raison chère à Emmanuel Todd : la démographie. Avec 1,5 enfants par femmes, des générations creuses, la Russie mène « une économie de guerre partielle, mais en voulant préserver les hommes ». Pourquoi 5 ans ? « Une durée normale pour une guerre mondiale », estime-t-il, et le temps imparti pour réaliser l’objectif russe : effondrer les économies occidentales.

Une opinion lourde de conséquences si elle se vérifiait. Et pour cause : « La résistance de l’économie russe pousse le système impérial américain vers le précipice. » Sans revirement, les sanctions épuiseraient d’abord et avant tout l’Occident, et « les contrôles monétaire et financier américains du monde s’effondreraient, et avec eux la possibilité pour les États-Unis de financer pour rien leur énorme déficit commercial ». 

L’aspect économique est donc primordial pour caractériser un conflit qui a, d’après lui, déjà débuté à grande échelle. Mais quelle drôle de guerre mondiale, si l’on compare aux boucheries planétaires du XXe siècle. Quid du sang et des larmes sur les cinq continents ? De la relative retenue des États ? « Nous fournissons des armes quand même. Nous tuons des Russes », rétorque-t-il. Malgré la paix qui règne encore dans les pays impliqués par les sanctions et les livraisons d’armes, l’impact réel sur les populations pourrait être désastreux. 

L'équation est la suivante : si l’Amérique chancelle, l’Europe suivra dans l’instant, du fait de notre dépendance au pays d’oncle Joe. « La chute de notre autonomie est considérable, et rapide » estime-t-il. L’Irak en 2002, quand «  Chirac, Schröder et Poutine faisaient des conférences de presse communes contre la guerre », était un chant du cygne d’une certaine forme d’autonomie diplomatique, et nous serions désormais liés à un camp occidental qui s’isole de plus en plus du reste du monde.

 Choc idéologique : une tectonique des plaques explosive

Car enfin la guerre dépasse le simple cadre économique et militaire - à plus petite échelle - pour se jouer sur le plan culturel et idéologique. « Pour le non-Occident collectif, la Russie affirme un conservatisme moral rassurant, « patrilinéaire », contre les innovations occidentales néo-féministes, LGBT, transgenres… ». Ces facteurs n’éclipsent pas les intérêts économiques non-occidentaux, mais pourraient selon lui inciter des pays comme l’Arabie saoudite à soutenir indirectement l’économie russe. « Le conflit, décrit par nos médias comme un conflit de valeurs politiques, est à un niveau plus profond un conflit de valeurs anthropologiques. C’est cette inconscience et cette profondeur qui rendent la confrontation dangereuse. »

En un sens, le monde se bipolarise. D’un côté, ceux qui ne veulent pas de l’empire américain et le font savoir par leurs votes aux Nations Unies, où « 75% du monde ne suit pas l’Occident ». De l’autre, l’Otan et même certains pays historiquement neutres choisissent leur couleur sur le « Grand échiquier » - car l’auteur ne manque pas de citer Brzezinski. Les camps se cristallisent, et misent de plus en plus gros sur leur champion, otanien ou russe, qui mène une guerre pour l’existence.

Pas d’issue pacifique ou de retour à la normale après de tels bouleversements. Le train est lancé, alimenté par un moteur fou qui chauffera jusqu’à la casse. « Nous sommes désormais dans une guerre sans fin, dans un affrontement dont l’issue doit être l’effondrement de l’un ou de l’autre. Chinois, Indiens et Saoudiens, entre autres, jubilent. »


Alexandre Cervantes

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Jean-Christophe Goux

Il y a 1 ans

Signaler

0

Ce qui est toujours intéressant avec Todd, c'est qu'il est factuel. Il base ses analyses sur des fondamentaux, notamment démographiques, qui sont difficilement réfutables. D'ailleurs, il n'est jamais convié à débattre. À regarder en complément: https://www.youtube.com/watch?v=mCVsoYjihdE

Claude ROUQUET

Il y a 1 ans

Signaler

0

Les enjeux sont clairs, et je condamne l’impérialisme américain. Il me paraît toutefois hasardeux, pour le moins, de considérer que l’Oncle Sam va sur le déclin. l’Amérique a plusieurs fois prouvé sa résilience et sa puissance dans l’épreuve, elle ne renoncera pas à sa suprématie. Un jeu dramatique a commencé à Maidan en 2014, il reste ouvert.

Eric BLANCON

Il y a 1 ans

Signaler

1

Quelle lucidité !

À lire

La recherche française face au défi des coupes de l’État

Dans un décret paru jeudi 22 février au Journal officiel, le gouvernement a acté 10 milliards d’euros de coupes budgétaires. Le ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur est durement touché. Cette annonce risque de retarder les avancées scientifiques françaises, déjà à la traîne.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier