Économie

Emmanuel Macron peine à rassurer les agriculteurs

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Il ne croit pas à une sortie rapide de la crise du monde agricole. Le Président de la République n’a pas caché son pessimisme en recevant une trentaine de représentants du monde agricole à l’Élysée le jeudi 2 mai en présence du premier ministre, Gabriel Attal et du ministre de l’Agriculture, Marc Fesneau. Emmanuel Macron n’a donc formulé aucune annonce d’envergure à cette occasion. 

Le chef de l’État préfère visiblement attendre les prochaines élections professionnelles des chambres départementales et régionales d’agriculture qui sont prévues en janvier 2025. Une façon de botter en touche qui, si elle a laissé relativement indifférente la FNSEA et les Jeunes Agriculteurs (majoritaires), qui s’y attendaient, a déçu la Coordination rurale et la Confédération paysanne (minoritaires).

En se retranchant de cette manière derrière les divergences syndicales pour se refuser à exposer ce qui pourrait jeter les bases d’une vision renouvelée de l’agriculture dans notre pays, Emmanuel Macron apparait en réalité incapable de dépasser les dépasser les visions antagonistes qui s’exercent sur ce secteur clef : libre-échangisme mondial, souci environnemental, financiarisation, dérive des labels et appellations…


Pascal Canfin, pomme de discorde au Parlement européen


En attendant, les députés ont achevé le 4 mai l’examen en commission du projet de loi d’orientation agricole. A cette occasion, ils ont notamment retoqué le projet de création de groupements fonciers agricoles d’investissement (GFAI), prévus pour louer des terres à des agriculteurs qui s’installent. Un rejet motivé par le refus de favoriser la financiarisation de l’agriculture française. A contrario, la création d’un nouveau diplôme agricole de niveau Bac +3, contestée par les élus de gauche, a été validée par la commission du Développement durable et de l’aménagement du territoire.

Autre sujet qui fâche le monde agricole français, la présence de Pascal Canfin, 49 ans, en quatrième position sur la liste de la majorité …

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Europe : le RN accélère la recomposition des droites européennes au détriment de l’AFD

L’exclusion des Allemands de l’AFD du groupe commun avec le RN et la Lega au Parlement européen peut faciliter la constitution d’un groupe souverainiste unique après les prochaines élections européennes prévues le 9 juin.

Gaza : Les Occidentaux embarrassés par le réquisitoire de la Cour Pénale Internationale

Les possibles poursuites de la CPI contre Benjamin Netanyahu et Yoav Gallant inquiètent les chancelleries occidentales qui seraient alors obligés de les arrêter en cas de séjour sur leurs territoires, mis à part aux États-Unis qui n’ont pas ratifié le statut de Rome.

Cinéma Omar Sy à Trappes : c’est Renoir qu’on assassine

La ville de Trappes (Yvelines) a décidé de rebaptiser le cinéma municipal du nom de l’acteur au prétexte qu’il soit natif de la commune. En faisant cela, le maire socialiste Ali Rabeh, proche de Benoit Hamon, et son conseil municipal remisent au placard Jean Renoir, inoubliable réalisateur de « La Grande Illusion » et de « La Règle du jeu ».

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL