Politique

Élections européennes : dernière ligne droite pour les candidats

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Le Rassemblement national (RN) de Marine Le Pen et Jordan Bardella n’a jamais paru aussi en forme qu’aujourd’hui avec des intentions de votes oscillant entre 32 et 34 % selon les instituts de sondage. Le président du RN a su creuser l’écart durant cette campagne malgré les tirs croisés de ses adversaires. En province, de Perpignan à Saint-Avold, il a su réunir plusieurs milliers de personnes lors de chacune de ses réunions publiques. Dimanche 2 juin, c’est 5 000 personnes qui se pressaient porte de Versailles à Paris lors de l’ultime meeting du RN. Il existe donc incontestablement un « phénomène » Jordan Bardella qui mobilise les jeunes et l’électorat féminin, là où Marine Le Pen avait déjà capitalisé sur la France des travailleurs. 

La mayennaise ne prend pas


La majorité présidentielle à la peine : réunissant les macronistes, les démocrates-chrétiens, les radicaux-socialistes et les libéraux, la liste menée par la mayennaise Valérie Hayer peine à dépasser les 15 % des intentions de vote dans les sondages, soit la fourchette hausse de l’électorat centriste, celle jadis atteinte par Jean Lecanuet ou François Bayrou dans leurs grandes années. Le Premier ministre Gabrial Attal et le Président de la République ont pourtant multiplié les interventions publiques pour soutenir cette candidate. 

Le retour des socialistes était assez improbable : en confiant de nouveau leur tête de liste au très clivant Raphaël Glucksmann, partisan de la guerre à outrance des Ukrainiens en réponse à l’agression russe de 2022, cette famille politique est susceptible de terminer en deuxième place de ce scrutin. L’atlantisme de ce candidat aligné sur les néo-conservateurs américains est tout à fait compatible avec la tradition géopolitique socialiste favorable aux États-Unis depuis l’époque de la SFIO. 

Reconquête ! et Les Républicains à la peine


A droite, François-Xavier Bellamy et Marion Maréchal sont restés coincés entre 5 et 8 % des intentions de vote faute de réservoir de voix suffisantes …

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Quand le général de Gaulle refusait de commémorer le 6 Juin 1944

Si depuis trente ans, les commémorations des principaux anniversaires du débarquement anglo-américain sur les côtes normandes sont orchestrées, et parfois instrumentalisées, par les Présidents de la République française, il n’en a pas toujours été le cas.

[Éditorial] : Europe, si loin si proche

Notre directeur de la rédaction, Régis Le Sommier remet en perspective le scrutin de dimanche et livre ses impressions sur une élection qui se déroule sur fond de conflit en Ukraine et de fracturation des populations vivant sur le sol français.

[Éditorial] : Euthanasie, le débat confisqué

Même si son adoption entrainerait une rupture anthropologique majeure, l’euthanasie n’intéresse guère les Français. Bien organisé, le lobby promoteur du suicide assisté a su convaincre Emmanuel Macron de ne pas prendre en compte l’avis d’une grande majorité de soignants. A contrario, le nécessaire développement des soins palliatifs n’est pas garanti financièrement dans les années à venir.

Europe : à quelques jours des élections, la grogne des agriculteurs ne retombe pas

Dans cette semaine préélectorale, les agriculteurs européens se mobilisent, des Pyrénées à Bruxelles pour défendre leurs intérêts et alerter l’opinion. En France c’est le syndicat Coordination rurale qui demeure le plus mobilisé, la FNSEA restant en retrait.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL