Politique

Editorial - 2024 : une année politique européenne aux enjeux essentiels

Depuis son élection à la tête de l’État en 2017, Emmanuel Macron tente d’exister sur la scène politique européenne. Il suffit de se rappeler de ses intervention sur le sujet à la Sorbonne ou en Grèce. Il plaide régulièrement pour une souveraineté européenne en oubliant un peu vite que l’existence d’une telle souveraineté est en contradiction avec le maintien d’une souveraineté nationale digne de ce nom. Surtout que la vision française, volontiers angélique, se heurte souvent aux intérêts économiques allemands (prenons le cas de l’énergie) ou à l’atlantisme avancé des élites européennes des institutions de Bruxelles. 

En souhaitant incarner le camp de l’intégration européenne à tout prix, Emmanuel Macron clive volontairement avec les aspirations souverainistes incarnées principalement par le Rassemblement nationale de Marine Le Pen. Un parti qui peut espérer atteindre les 30 % des suffrages exprimés lors des élections des députés français au Parlement européen, ce qui constituerait un record historique pour cette formation qui est parvenue à prendre à l’Assemblée nationale et dans les médias ses marques de première force d’opposition au pouvoir en place dans notre pays.

Vers un rééquilibrage au Parlement européen


Le rééquilibrage vers la droite du Parlement européen ne fait guère de doutes avec la progression des partis eurosceptique, populistes ou conservateur comme en Allemagne, en Espagne, en Roumanie, aux Pays-Bas ou au Portugal. Reste à savoir comment ces partis s’articulerons avec leurs alliés italiens et français ainsi qu’avec les Hongrois et les Polonais. 

La présidence tournante du Conseil européen est confiée à la Belgique jusqu’au mois de juin puis ce sera justement le cas de la Hongrie, seul pays réellement sceptique face à l’aide inconditionnelle et, disons-le, démesurée à l’Ukraine envahie depuis deux ans par les troupes russes. La présidence belge compte notamment faire adopter la réforme, très critiquable du point de vue des intérêts français, du Pacte asile et immigration, auquel s’opposent notamment les partis souverainistes français.

Avec son réseau de correspondants en Europe et nos équipes de journalistes couvrant les zones de tensions du continent, nous tâcherons de vous offrir une information la plus factuelle possible et des analyses parfois dérangeantes mais fondées sur le réel, loin des incantations de bien des « experts » hantant les plateaux de télévisions. Merci de votre confiance, de vos remarques et de vos encouragements. 

 

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

« La question des mineurs victimes d’abus sexuels devrait constituer une priorité de politique publique »

Un entretien d’OMERTA avec Béatrice Brugère, secrétaire générale du Syndicat Unité Magistrats, auteur du livre "Justice : la colère qui monte" (L’Observatoire) et Delphine Blot, magistrate.

Enfance en danger : Karl Zéro, Mathieu Bock-Côté et Najat Vallaud-Belkacem au menu d’OMERTA

Le cinquième numéro papier d’OMERTA , d'ores et déjà disponible en kiosque, frappe fort en abordant des thématiques trop souvent taboues, des scandales volontiers mis sous le boisseau, en lien avec l’avenir de nos enfants.

Emmanuel Macron a déroulé le tapis rouge à Volodymyr Zelensky

Accueil en Normandie, honneurs militaires aux Invalides, discours à l’Assemblée nationale… Rien n’était trop bon trop beau pour encenser le controversé président ukrainien qui souhaite voir les occidentaux augmenter fortement leur soutien à sa croisade défensive contre les Russes.

Quand le général de Gaulle refusait de commémorer le 6 Juin 1944

Si depuis trente ans, les commémorations des principaux anniversaires du débarquement anglo-américain sur les côtes normandes sont orchestrées, et parfois instrumentalisées, par les Présidents de la République française, il n’en a pas toujours été le cas.

Europe : à quelques jours des élections, la grogne des agriculteurs ne retombe pas

Dans cette semaine préélectorale, les agriculteurs européens se mobilisent, des Pyrénées à Bruxelles pour défendre leurs intérêts et alerter l’opinion. En France c’est le syndicat Coordination rurale qui demeure le plus mobilisé, la FNSEA restant en retrait.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL