Politique

Editorial - 2024 : une année politique européenne aux enjeux essentiels

Depuis son élection à la tête de l’État en 2017, Emmanuel Macron tente d’exister sur la scène politique européenne. Il suffit de se rappeler de ses intervention sur le sujet à la Sorbonne ou en Grèce. Il plaide régulièrement pour une souveraineté européenne en oubliant un peu vite que l’existence d’une telle souveraineté est en contradiction avec le maintien d’une souveraineté nationale digne de ce nom. Surtout que la vision française, volontiers angélique, se heurte souvent aux intérêts économiques allemands (prenons le cas de l’énergie) ou à l’atlantisme avancé des élites européennes des institutions de Bruxelles. 

En souhaitant incarner le camp de l’intégration européenne à tout prix, Emmanuel Macron clive volontairement avec les aspirations souverainistes incarnées principalement par le Rassemblement nationale de Marine Le Pen. Un parti qui peut espérer atteindre les 30 % des suffrages exprimés lors des élections des députés français au Parlement européen, ce qui constituerait un record historique pour cette formation qui est parvenue à prendre à l’Assemblée nationale et dans les médias ses marques de première force d’opposition au pouvoir en place dans notre pays.

Vers un rééquilibrage au Parlement européen


Le rééquilibrage vers la droite du Parlement européen ne fait guère de doutes avec la progression des partis eurosceptique, populistes ou conservateur comme en Allemagne, en Espagne, en Roumanie, aux Pays-Bas ou au Portugal. Reste à savoir comment ces partis s’articulerons avec leurs alliés italiens et français ainsi qu’avec les Hongrois et les Polonais. 

La présidence tournante du Conseil européen est confiée à la Belgique jusqu’au mois de juin puis ce sera justement le cas de la Hongrie, seul pays réellement sceptique face à l’aide inconditionnelle et, disons-le, démesurée à l’Ukraine envahie depuis deux ans par les troupes russes. La présidence belge compte notamment faire adopter la réforme, très critiquable du point de vue des intérêts français, du Pacte asile et immigration, auquel s’opposent notamment les partis souverainistes français.

Avec son réseau de correspondants en Europe et nos équipes de journalistes couvrant les zones de tensions du continent, nous tâcherons de vous offrir une information la plus factuelle possible et des analyses parfois dérangeantes mais fondées sur le réel, loin des incantations de bien des « experts » hantant les plateaux de télévisions. Merci de votre confiance, de vos remarques et de vos encouragements. 

 

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Diplomatie : le net recul de la France

Encore un recul significatif : la France perd deux places dans le très sérieux classement 2024 des réseaux diplomatiques mondiaux publié par The Lowy Institute. Elle se trouve désormais devancée par la Turquie et le Japon ! Une situation évidemment mal vécue par les diplomates du Quai d’Orsay par ailleurs souvent en butte à l’hostilité de la cellule diplomatique de Élysée.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL