Politique

[Edito] : Un quinquennat de 49-3 ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés

 En cinq ans, Emmanuel Macron n’avait utilisé qu’une seule fois le 49-3. Et pour cause, sa majorité absolue à l’Assemblée Nationale le rendait tout à fait accessoire. Maintenant, c’est un peu différent. Avec ses 175 députés (plus 75 alliés au Modem et à Horizons), le gouvernement n’a, cette fois-ci, qu’une majorité relative. À sa droite, LR et le RN et à sa gauche la Nupes. Pris en tenaille, Renaissance (ex-LREM) n’est désormais plus sûre de pouvoir faire passer toutes ses lois, et en fait déjà les frais sur le premier texte d’importance voté au Palais Bourbon : le budget de l’année 2023. 

Contre la volonté de la majorité, plusieurs textes sont déjà passés. D’autres, proposés par les centristes, ont été rejetés. Le problème survient surtout lorsque tous les membres de la majorité relative ne viennent pas siéger, explique une députée Renaissance. Des deux côtés de l’hémicycle en revanche, lorsqu’il s’agit de s’opposer, la mobilisation est là. Les camouflets s’enchaînant sur le budget, le gouvernement a décidé d’une chose très simple : les effacer purement et simplement. Du texte original proposé par le gouvernement, seuls quelques modifications à la marge provenant de députés PS ou LR ont été conservés. Dans le fond, Macron a fait exactement ce qu’il voulait : les concessions faites n’en sont pas, rien d’autre qu’un joli décor pour pouvoir dire « nous avons pris en compte les avis de chacune et chacun ». Bruno Le Maire, Elisabeth Borne et Gabriel Attal se sont d’ailleurs vantés de leur sens de la démocratie. Leur argument ? Ils ont laissé l’opposition parler avant de montrer qu’ils ne l’écoutaient pas. Quelle générosité de la part de ces ministres, qui permettent au débat de se faire avant de faire comme si celui-ci n’avait jamais existé ! 

La palme du culot revient cependant au député du XVIe arrondissement Benjamin Haddad qui, à plus de 23h, condamne la vacuité des bancs de la Nupes par un tweet railleur. Moins de 30 minutes plus tard, l’article 49-3 de la …

Alexandre de Galzain

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Emmanuel Macron n’exclut pas d’envoyer des troupes en Ukraine

Deux ans après l’intervention militaire de la Russie en Ukraine, le Président français a réuni une vingtaine de chefs d’États et de gouvernements pour un dîner à l’Élysée. Il n’exclut plus l’envoi de troupes occidentales pour aider l’armée ukrainienne, s’attirant des critiques de Jean-Luc Mélenchon, Olivier Faure et Marine Le Pen.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL