Géopolitique

[Édito] Israël / Gaza : y a-t-il encore un pilote dans l’avion ?

Après plus d’un mois de crise majeure à Gaza, on est en droit de s’interroger sur la difficulté du Président de la République française de convaincre, tant à l’intérieur du pays qu’à l’international.
Sur le plan intérieur, sa principale faute dans ce dossier semble jusqu’ici avoir été de ne pas se joindre aux manifestants contre l’antisémitisme le 12 novembre. Alors que Marine Le Pen, dont la présence a notamment été saluée par Serge Klarsfeld, Gérard Larcher, Éric Zemmour ou Nicolas Sarkozy crevaient l’écran à l’occasion de ce défilé parisien, son absence a choqué, notamment dans son électorat et au sein de la communauté juive. Macron a cependant appelé les Français à se mobiliser contre « l’insupportable résurgence d’un antisémitisme débridé », dans une lettre publiée dans Le Parisien du 11 novembre. Pas sûr que cela suffise. L’Express a de plus révélé qu’afin de prendre la température des banlieues, deux conseillers d’Emmanuel Macron avaient reçu dans les jours précédents la manifestation de dimanche l’humoriste controversé Yassine Bellatar, aux liens anciens avec le Président de la République et fervent soutien de la cause palestinienne.
 
Sur le plan international, Emmanuel Macron a d’abord appelé à éradiquer le Hamas au lendemain du 7 octobre. Il a ainsi soutenu inconditionnellement l’État d’Israël. Puis il a lancé l’idée saugrenue de transformer la coalition anti-Daesh forgée dans l’affaire syrienne en « coalition internationale » anti-Hamas. En caricaturant à peine, cela aurait débouché sur une intervention occidentale et arabe à Gaza. « L’initiative n’a pas vécu 24 heures », analyse Isabelle Lasserre dans Le Figaro du 14 novembre. Elle était « absolument irréfléchie, inutile et inopérante », a tranché dans les colonnes de Marianne Yves Aubin de la Messuzière, ex-ambassadeur dans la région, pourtant soutien déclaré d’Emmanuel Macron en 2017.

Perdre sur tous les tableaux


Puis, lors du Sommet de la Paix qui s’est déroulé le 9 novembre et à l’occasion d’une interview à la BBC enregistrée le lendemain, Emmanuel Macron a réclamé non plus une « trêve humanitaire », mais un « cessez-le feu » bien improbable pour qui connaît la position israélienne. Cette reculade, justifiée par un souci d’équilibre à l’international, relèverait d’une stratégie contre-productive, selon Isabelle Lasserre, qui invoque à ce propos le précédent de la guerre en Ukraine, où Emmanuel Macron sembla d’abord ménager Vladimir Poutine. L’interview de la BBC a ensuite entraîné une clarification du Président français via un appel téléphonique à son homologue israélien Isaac Herzog.
Après un tel slalom de la voix officielle de la France, les Israéliens sont passablement échaudés tandis que l’opinion arabe pense la France alignée sur Israël et les États-Unis. Comment perdre sur tous les tableaux en quelques semaines…
 
Cette situation inquiète des ambassadeurs français actuellement en poste au Moyen-Orient et au Maghreb « regrettant le virage pro-israélien pris par Emmanuel Macron », selon le journaliste Georges Malbrunot, encore dans Le Figaro. Au point qu’ils ont exprimé collectivement dans une note diplomatique leur inquiétude quant à l’hostilité croissante pour la France qu’ils voient sourdre dans le monde arabo-musulman. Cette colère se traduira-t-elle aussi sur le territoire français, dans les populations immigrées ou d’origine étrangère ? La résurgence d’actes antisémites en France depuis le 7 octobre donne un premier élément de réponse.

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

philippe paternot

Il y a 5 mois

Signaler

0

pauvre président, quand il va voir le professeur raoult il fait le contraire et quelque temps après il en est critiqué, quand il suit les conseil d'un "humoriste des quartchiers" on le critique aussi, il n'a pas de chance ce gars

Thomas Rastit

Il y a 5 mois

Signaler

0

Bravo à Omerta pour son traitement de la nouvelle crise israélo-palestinienne. Omerta gagne beaucoup de points en ce moment alors que les souverainistes se fracturent : les réalistes humanistes d'un côté et les Idéalistes suprémacistes de l'autre qui nous expliquent que les vies arabes ne valent rien ... Front Populaire et Livre Noir par exemple. Continuez comme ça !

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier