Société

Dublin s’embrase : la révolte des Celtes

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Tout a commencé par une agression violente dans la capitale irlandaise dans le milieu de la journée d’hier. Un homme armé d’un couteau a blessé quatre personnes dont trois enfants devant une école de Dublin. Lui-même blessé, l’agresseur a été maîtrisé par des passants puis arrêté par la police qui a refusé de divulguer son identité ou son profil mais a écarté tout acte terroriste. Néanmoins selon le quotidien The Irish Times, il s’agirait d’un homme d’origine étrangère mais naturalisé irlandais. 

Il n’en fallait pas moins pour enflammer la rue à Dublin. En effet, suite à des appels sur les réseaux sociaux, des centaines d’Irlandais arborant des drapeaux nationaux et des pancartes hostile à l’immigration, jugée par eux incontrôlée. Le slogan « Irish Lives Matter » a notamment été utilisé par ces manifestants. 

Une politique migratoire en question


Les forces de l’ordre ont rapidement été prises à partie dans le centre-ville de la capitale. Des véhicules ont été incendié et des vitrines de magasins brisés ainsi que les fenêtres d’un hôtel réputé héberger des migrants. Le calme n’est revenu que vers 22h.

Cette réaction a été mise sur le compte du hooliganisme et de l’extrême-droite par les autorités publiques irlandaises mais elle proviendrait surtout d’une exaspération de la population de Dublin face aux nuisances entraînées par une politique d’immigration extra-européenne orchestrée par le gouvernement irlandais.

L’Irlande a accueilli l’an dernier un nombre record d’immigrés l’an dernier. Le très progressiste président irlandais Michael D. Higgins, issu du Parti travailliste, est jugé très favorable à l’immigration et à la « diversité ». Le Premier ministre de centre-droit, en poste depuis l’an dernier, Leo Varadkar est un médecin issu d’une famille d’origine indienne.  

 

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

philippe paternot

Il y a 2 mois

Signaler

1

ce matin j'apprends que deux personnes agées ont été agressées au couteau par un marocain ! un autre fait divers dans la rubrique des chiens écraséss

À lire

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Russie : mieux comprendre son logiciel impérial

Loin des clichés habituels, l’universitaire Jean-Robert Raviot entreprend dans son nouveau livre de décrypter l’origine et les lignes de force de la logique de puissance qui a survécu aux changements de régimes en Russie. Il en ressort une analyse historique convaincante et très utile pour comprendre les ressorts de la politique menée par Vladimir Poutine.

Mediapart : le faux départ d’Edwy Plenel

S’il vient d’annoncer abandonner la présidence de Mediapart qu’il a cofondé en 2008, l’ancien directeur gauchiste de la rédaction du Monde, grand chasseurs de scandales touchant les personnalités politiques, n’entend pas pour autant se retirer de la vie journalistique française.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Mobilisation des agriculteurs : un parfum de 1992

Le monde paysan français n’avait pas connu une telle mobilisation depuis plus de trente ans. Comme leurs homologues allemands, hollandais, polonais ou roumains, les agriculteurs de l’hexagone entendent alerter les pouvoirs publics sur la souffrance qui monte au sein de leur profession victime d’une compétition mondiale de plus en plus rude.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL