Société

Des lycées face à la spirale de la violence

 
Caillassages, mortiers d’artifices, incendies, violences contre les pompiers n’ont cessé de rythmer une semaine médiatique déjà soutenue. Dans de nombreux lycées franciliens, les forces de l’ordre essuient depuis une dizaine de jours un déchaînement de violence de leurs élèves, mais aussi de bandes encagoulées, déterminées. 
 
Nanterre, le raisin de la colère 
 
Tout est né d’une mutation. Celle de Kai Terada, professeur de mathématiques et syndicaliste Sud Éducation au lycée Joliot Curie de Nanterre.  Alors que M. Terada invoquait une « discrimination syndicale », le tribunal administratif de Versailles a considéré que son transfert était une condition nécessaire à la « sérénité dans l’établissement » ajoutant, en substance, que son engagement syndical causait des entraves au bon déroulement de la vie éducative. Le ministre de l’Éducation Nationale Pap Ndiaye a tenu à souligner que ce« lycée avait un certain nombre de dysfonctionnements depuis longtemps ». 
 
Les élèves ont alors pris part aux réunions et assemblées organisées par les instances syndicales. En plus de la protestation contre la mutation de Kai Terada, ces jeunes ont greffé à ces luttes leur désarroi face à la remise en cause d’un dispositif d’aide aux devoirs, mais aussi, et surtout, le rejet des principes élémentaires des cadres laïques qui régissent l’école. 
 
Il apparaît, avec le recul nécessaire pour décrypter les évènements, que les émeutes qui ont suivi cette éviction reposait moins sur un motif syndical qu’une manifestation des élèves eux même.  Face à des orientations qu’ils jugent « discriminatoire » de la part de l’établissement, ils ont repris la lutte à leur compte. En effet, certains élèves regrettent que le port de vêtements à la frontière des revendications cultuelles et culturelles, soit interdit par le personnel éducatif. 
 
Une élève confiera en aparté au micro de BFMTV qu’« ils [le personnel éducatif, ndlr.] ne cachent même plus leur racisme et leur islamophobie ». Une colère revendiquée, qui sert de tremplin à certains individus pour semer le chaos dans des infrastructures initialement destinés à la transmission du savoir. 
 
Une semaine après l’escalade, 22 personnes font l’objet de poursuites judiciaires selon le Parquet de Nanterre. Parmi eux, quatre mineurs vont se voir sanctionnés d’une convocation face à un Officier de Police Judiciaire (OPJ). Pour les 18 autres, ils seront jugés en comparution immédiate pour des faits de manifestations illégales, de vandalisme et d’actes de violence en réunion. 

Un effet boule de neige 
 
La traînée de poudre semble plus appropriée pour décrire le florilège de violences urbaines à Joliot Curie. Une différence subsiste néanmoins, selon les premiers éléments de l’enquête, entre les émeutes nanterroises et celles qui surviennent ces derniers jours : les déchaînements de violence ne reposent sur aucun motif particulier. 
 
Aucun motif, ou presque. Tous les prétextes paraissent bons pour justifier l’usage de la violence. Pour les lycées Touchard, Yourcenar et Bellevue du Mans, la réforme du bac professionnel est remise en cause par les élèves. Vendredi dernier, au lycée Martinière-Montplaisir de Lyon, un professeur et plusieurs policiers ont été blessés après que des dizaines de jeunes encagoulés et vêtus de noirs s’employaient déjà à tirer au mortier sur leur proviseur, sans qu’aucune revendication n’ait été promue.  
 
Le rôle des réseaux sociaux semble angulaire dans l’occurrence de ces émeutes. De la même manière que les vidéos de certaines violences urbaines se relaient entre réseaux de quartiers, on assisterait à une contagion de ces attaques par le relai de Snapchat, Telegram et Instagram qui entraînerait des lycées de toutes origines géographiques à passer à l’acte. Effet de groupe, galvanisation par des groupuscules militants et rejet de l’autorité ont formé un cocktail explosif à la veille des périodes de vacances scolaires. 
 
Rien ne semblait arrêter la colère de ces jeunes, dont peu d’observateurs pouvaient expliquer la frénésie. Vendredi dernier, au lycée Balzac de Tours, des pompiers ont été pris à partie par une dizaine de jeunes, sac Eastpack endossés et cache-cou enfilés, alors que les hommes du feu tentaient d’éteindre un incendie. 
 
 
Selon Amaury Bucco, journaliste police-sécurité de Cnews, ce sont près de trente lycées, collèges et même une école élémentaire qui ont été le théâtre d’incendies sauvages, d’édification de barricades et de jets de cocktail Molotov destinés aux forces de l’ordre. 
 
Selon notre confrère, c’est la ville de Trappes qui remporte la palme du désordre. En la seule matinée du jeudi 20 octobre, ce sont quatre établissements qui ont dû fermer leur porte du fait du désordre ambiant. 
 
Derniers évènements en date : la commune de Châtenay-Malabry qui, à la suite d’échauffourées entre lycéens et policiers, a vu des incendies majeurs se déclarer. 1200 foyers ont été privés d’énergie après qu’une colonne de gaz a explosé. Vendredi dernier, au lycée Cherioux de Vitry-sur-Seine, une cinquantaine d’individus ont été dispersés après qu’ils ont mis le feu à des poubelles, jeté des projectiles et caillassé des agents de police.

Paul Beffroy

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Philippe Châtenet

Il y a 1 ans

Signaler

0

Tout à fait en accord. Il y a - un peu partout - de nombreuses fautes et/ou omissions dans différents textes sur l'ensemble du site. C'est dommage, cela nuit grandement à la qualité.

Patrick Jobart

Il y a 1 ans

Signaler

0

J'adhère à ce commentaire. Une phrase comme "Rien ne semblait arrêter la colère de ces jeunes que peu d’observateurs arrivent à expliquer la frénésie" fait peu professionnel.

Phiippe Blanc

Il y a 1 ans

Signaler

0

Bonjour, heureux de voir votre projet se réaliser. C'est le premier article que je lis et je voudrais faire une remarque : il faut que vous soigniez la rédaction, elle participe à votre crédibilité. J'ai trouvé 8 fautes d'orthographe dans ce texte, qui est pourtant très court. En les cherchant vous trouverez aussi des fautes de syntaxe et pas mal de "néo machins" qui ne devraient pas se trouver dans un journal de qualité. Désolé pour ce mail, mais il vaut mieux partir sur de bonnes bases, c'est maintenant ou jamais ! Amitiés.

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

[Éditorial] Attaque de l’Iran contre Israël : le monde retient son souffle…

Pour sa riposte, inévitable après la destruction de son consulat à Damas, l’Iran, pensait-on, utiliserait ses « proxy », le Hezbollah au Liban, les milices chiites en Irak ou les Houthis en Mer Rouge pour se venger d’Israël. Rien de tout cela ne s’est produit.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL