Culture

De la mauvaise foi de Libération sur le Puy du Fou

« Clairement antirépublicain, quitte à falsifier les faits » ; « vision réactionnaire et manichéenne » ; prêtres « emprisonnés pour pédophilie ». Le journal Libération n’a pas fait dans la dentelle pour critiquer le premier film du Puy du Fou. Mais cela, OMERTA l’avait prédit


Les méchants Villiers et le vilain manichéisme 

La famille Villiers, Libération n’aime pas ça. Au point que le journal y consacre bien des colonnes : le Puy du Fou serait donc une « entreprise de diffusion à grande échelle au service d’une idéologie réactionnaire ». On est loin du double « Meilleur parc d’attraction du monde », ses spectacles sur les Vikings, les mousquetaires ou les gladiateurs. Il n’en est visiblement pas de même du film, bien que sa qualité cinématographique ne mérite visiblement pas plus d’une ligne aux yeux de Libé. Seules quelques piques sont glissées grossièrement et sans grand sérieux. 

La description de « l’empire de Villiers » égrène donc les réussites du Puy, avant de tomber sur ce fatal projet de parc en Russie, à l’occasion duquel Philippe de Villiers avait rencontré Vladimir Poutine. Mais en plus, lourde charge au dossier, Vincent Bolloré -le seul patron de médias cherchant à les utiliser pour influencer l’opinion publique selon la gauche- a décidé de s’associer à la production du film. En troisième collaborateur, on retrouve Saje Distribution qui, selon Libération, a distribué le « film de propagande anti-avortement Unplanned ». 

Le manichéisme, que l’hebdomadaire ultra-progressiste a en horreur, est également dénoncé. Entre une analogie à la prise du Capitole par des supporters pro-Trump et une attaque à « l’imprégnation insidieuse » des idées de droite, c’est évidemment le manque de nuance qui a été souligné. 

Effectivement, les producteurs ont choisi pour héros François Athanase Charette, et le héros est décrit comme étant bon. Un scoop, révélé exclusivement chez nos confrères. 

 
L’intouchable Révolution 

Évidemment, le vrai débat se situe largement plus dans la guerre de mémoire liée à la Révolution française, dont on s’étonnera toujours que la gauche socialiste s’empare alors que son instigatrice fut la bourgeoisie libérale. C’est qu’il y a le Progrès. 

En cinquième page, on peut lire un article intitulé : « Les productions du Puy du Fou vendent un message antirépublicain ». On y lit un entretien avec Guillaume Lancereau, co-auteur du Puy du Faux, vivement favorable aux Lumières et opposant au camp national à ses heures perdues. 

Le sujet principal, c’est bien entendu le génocide vendéen. Cette thèse, émise par Reynald Secher dans les années 80, expose une vision selon laquelle les dirigeants sous la Révolution ont cherché à exterminer le peuple vendéen. Appuyée par les très nombreux massacres et ordres de révolutionnaires comme Jean-Baptiste Carrier, elle est assez largement contestée pour deux raisons : l’emploi du terme « génocide », et la remise en question afférente à l’héritage de la Révolution française. 

Le premier point est directement contredit dans l’article avec un raisonnement étonnant. « Il n’y a pas de dimension ethnique en Vendée, et donc pas d’identité vendéenne ». L’identité, pour Guillaume Lancereau, est ainsi fondée sur le caractère ethnique d’un peuple. Une pensée peu républicaine, mais dont le raisonnement se poursuit facilement : il n’y avait pas d’ethnie vendéenne, donc il n’y a pas eu de génocide. Par ailleurs, la responsabilité de la Révolution est tout à fait mise de côté : ce n’est pas la volonté de Barère ou de Carrier –auteur des noyades de Nantes durant lesquelles plusieurs de milliers de civils ont été exécutés dans la Loire- qui a permis les massacres de Vendée. « Ce n’est donc pas par excès d’État » qu’environ deux cent mille Vendéens ont été tués ou que les colonnes infernales ont brûlé des villages entiers. À l’époque, l’écrivain révolutionnaire Gracchus Babeuf proposait déjà le terme de « populicide », le terme « génocide » n’étant apparu qu’après la Seconde Guerre mondiale. 


Balayer devant sa porte 

L’idée ensuite instillée est celle d’une « propagande » catholique et réactionnaire de droite dans les écoles. Horreur, enfer et damnation ! 

Jamais on n’a entendu Libération pousser des cris d’orfraie lorsqu’il s’agissait de diffuser des contenus ouvertement idéologiques en primaire ou au collège, jamais un film n’avait subi une telle charge pour son contenu, alors même que l’hebdomadaire ultra-progressiste louait le travail d’historien réalisé dans Tirailleurs, film avec Omar Sy racontant le sort des tirailleurs sénégalais durant la Première Guerre mondiale. Or, contrairement à Vaincre ou mourir, celui-ci avait également reçu de l’argent du Fonds pour la Diversité du CNC (Centre national du cinéma). 

Ainsi s’achève le dossier : « Il y a cette intention manifeste d’ancrer un peu plus dans les esprits l’idée que la France était glorieuse quand elle était catholique et monarchique ». Et si c’était le cas ? 

Alexandre de Galzain

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Guy CHALOCHET

Il y a 1 ans

Signaler

1

Au fait, à part sur les kiosques de marchands de journaux, qui lit encore Libération, le journal qui ne pourrait vivre que de ses subventions ?

Jean-Robert GENTELET

Il y a 1 ans

Signaler

1

Entendu la semaine dernière M.Gérard Leclerc/Cnews dire qu'il n'y avait pas eu de génocide en Vendée, on croit rêver ! Ce journaliste aurait meilleure presse chez BFM avec les gamelins de plateau.

Philippe Châtenet

Il y a 1 ans

Signaler

1

Pffff.... La gauche et son angélisme à géométrie variable, c'est désopilant ! Par ailleurs, pour ce qui est de l'idée que la France était bien plus glorieuse quand elle était Catholique et une monarchie ; oui, c'est l'évidence même ! 

DIDIER MARBOUTY

Il y a 1 ans

Signaler

0

Libération, dans sa rage de mauvaise foi , sera peut être le meilleur vendeur pour ce film Souhaitons le Par ailleurs le retour de Serge July dans les pages de Libération signe leur baisse d’audience que cet acte désespérè ne risque pas d”endiguer

OMERTA MEDIA

Il y a 1 ans

Signaler

0

j ai beaucoup aimé ce film, document historique qui rattrape les oublis de nos livres scolaires

Patrick Jobart

Il y a 1 ans

Signaler

1

Réponse à la dernière question : oui, c'est un constat d'évidence.

À lire

« La question des mineurs victimes d’abus sexuels devrait constituer une priorité de politique publique »

Un entretien d’OMERTA avec Béatrice Brugère, secrétaire générale du Syndicat Unité Magistrats, auteur du livre "Justice : la colère qui monte" (L’Observatoire) et Delphine Blot, magistrate.

Législatives : Ces personnalités de la droite et du centre qui soutiennent l’initiative d’Éric Ciotti

Anciens ministres, parlementaires ou maires, issus de la droite libérale, ils approuvent le choix du Président des Républicains de nouer des accords électoraux avec le Rassemblement national pour gagner les élections législatives. Revue des effectifs.

Enfance en danger : Karl Zéro, Mathieu Bock-Côté et Najat Vallaud-Belkacem au menu d’OMERTA

Le cinquième numéro papier d’OMERTA , d'ores et déjà disponible en kiosque, frappe fort en abordant des thématiques trop souvent taboues, des scandales volontiers mis sous le boisseau, en lien avec l’avenir de nos enfants.

Emmanuel Macron a déroulé le tapis rouge à Volodymyr Zelensky

Accueil en Normandie, honneurs militaires aux Invalides, discours à l’Assemblée nationale… Rien n’était trop bon trop beau pour encenser le controversé président ukrainien qui souhaite voir les occidentaux augmenter fortement leur soutien à sa croisade défensive contre les Russes.

Europe : à quelques jours des élections, la grogne des agriculteurs ne retombe pas

Dans cette semaine préélectorale, les agriculteurs européens se mobilisent, des Pyrénées à Bruxelles pour défendre leurs intérêts et alerter l’opinion. En France c’est le syndicat Coordination rurale qui demeure le plus mobilisé, la FNSEA restant en retrait.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL