Politique

« Build That Wall! » made in UE

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Champagne pour les droites européennes ce mercredi, alors que le Parlement européen vient de voter un amendement visant à « mobiliser immédiatement des fonds et des moyens importants de l'Union pour aider les États membres à renforcer les capacités et les infrastructures de protection des frontières, les moyens de surveillance aérienne et les équipements ». Dans le contexte de pression migratoire, voire d’état d’urgence migratoire pour l’Italie, la décision fait l’effet d’un pied dans la porte de l’Union, toujours très réticente s’agissant de réguler les flux.

En France, Emmanuel Macron avait réaffirmé il y a un an à Tourcoing que pour une politique migratoire efficace, comme pour le reste, « la solution durable n'est qu'européenne », et que « nous devons être plus efficaces, en étant à la hauteur de nos principes et de l'humanisme européen ». La réalité concrète de cet équilibre vient tout juste d’être redéfinie.

Même vague, le texte ne laisse pas planer de doute

Déposé par le groupe Parti populaire européen (PPE), conservateur, l’amendement a joui des voix de l’ECR Party, présidé par Giorgia Meloni, et d’Identité et démocratie (ID) où siège le Rassemblement national. Il s’inscrit dans le cadre du Pacte pour l’asile et la migration, chantier mastodonte lancé en 2020 par les propositions de la Commission européenne, et toujours en cours jusqu’en 2024.

En revanche, il fait grincer les bancs libéraux, en particulier le groupe Renew, très divisé sur la question avec un tiers de ses membres favorables. Pour rappel, l’ancienne « Alliance des démocrates et des libéraux pour l'Europe (ADLE) avait changé de nom pour en ôter la mention de « libéraux », à la demande du parti… Renaissance. Les membres du parti présidentiel français ne sont pourtant pas les votant principaux de l’amendement controversé au sein du groupe, plutôt néerlandais ou danois, ces derniers étant déjà connus pour leur main d’acier concernant l’immigration, et pourtant socialistes. Même si un « mur » ou …

Pierre-René Lavier

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Marie-France FAURE

Il y a 1 ans

Signaler

0

N'est-il pas réjouissant de voir l'UE instaurer une "main d'acier" à nos frontières, compensant pour une fois les décisiosn pernicieuses qu'elle nous fait subir ?

Patrick Jobart

Il y a 1 ans

Signaler

0

"...état d'urgence migratoire pour l'Italie..." Mais pas pour la France?

À lire

Gaza : Les Occidentaux embarrassés par le réquisitoire de la Cour Pénale Internationale

Les possibles poursuites de la CPI contre Benjamin Netanyahu et Yoav Gallant inquiètent les chancelleries occidentales qui seraient alors obligés de les arrêter en cas de séjour sur leurs territoires, mis à part aux États-Unis qui n’ont pas ratifié le statut de Rome.

Emmanuel Macron peine à rassurer les agriculteurs

De l’avis de beaucoup d’observateurs, Emmanuel Macron a rapidement mis sous le boisseau la crise agricole, étant incapable de la régler. L’Élysée mise sur un succès de la FNSEA lors des prochaines élections aux chambres d’agriculture pour garder le contrôle de ce secteur économique en pleine mutation, quitte à laisser la révolte gronder dans les campagnes françaises.

Cinéma Omar Sy à Trappes : c’est Renoir qu’on assassine

La ville de Trappes (Yvelines) a décidé de rebaptiser le cinéma municipal du nom de l’acteur au prétexte qu’il soit natif de la commune. En faisant cela, le maire socialiste Ali Rabeh, proche de Benoit Hamon, et son conseil municipal remisent au placard Jean Renoir, inoubliable réalisateur de « La Grande Illusion » et de « La Règle du jeu ».

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL