Politique

Betterave sucrière : la France renonce aux insecticides

La semaine dernière fut compliquée pour le ministre français de l’Agriculture, Marc Fesneau. En effet, contrairement à ses espérances et à ses promesses, les autorités européennes de Bruxelles ont refusé une nouvelle dérogation accordée aux betteraviers français quant au recours aux néonicotinoïdes comme insecticides. Interdits depuis 2018 au sein de l’Union européenne au motif qu’ils tuent les abeilles, les néonicotinoïdes ont fait l’objet d’une dérogation en France depuis 2020 après que de nombreux producteurs de betteraves (on en compte 24 000 dans notre pays) aient perdu jusqu’à la moitié de leur production en raison de la jaunisse transmise par les pucerons. Cette dérogation ne sera, à la surprise générale, pas reconduite en 2023 pour une troisième année consécutive, suite à une décision sans appel de la Cour de justice des communautés européennes (CJCE) en date du 19 janvier. Que feront les cultivateurs français alors que les betteraves sont en général semées de la mi-mars à la mi-avril, une fois passés les risques de gel ? Du côté des professionnels on est encore en pleine stupéfaction. 

 
Cadeau au Brésil 
Rappelons que 92 % du sucre consommé en France provient de la betterave sucrière notamment produite dans le grand bassin parisien. La surface agricole cultivée en betteraves atteint 400 000 hectares, presque exclusivement situés au nord de la Loire. Le coup est donc rude pour les cultivateurs des régions concernées. « C’est un sacré cadeau fait aux Brésiliens » nous confie, dépité, un syndicaliste agricole champenois en évoquant le principal pays producteur de sucre de canne. Car il faudra bien importer de quelque part le sucre que nous ne produirons plus sur le sol national. Dans l’absolu, pourraient par conséquent être ainsi menacées les sucreries betteravières, comme celles de Roye (Somme) ou Étrépagny (Eure), pour ne citer que les deux sites de production de la société Saint Louis Sucre. Rappelons que le premier pays producteur au monde de betteraves à sucre en 2020 était la Russie, devançant de peu la France et de beaucoup les États-Unis et l’Allemagne. Marc Fesneau a prévu de réunir sous peu les principaux acteurs de la filière pour avancer d’éventuelles réponses à cette crise. Il n’est par certains qu’elles satisfassent les premiers concernés. 

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Ju Grun

Il y a 1 ans

Signaler

0

« La betterave est récoltée avant floraison ». Les champs sont traités bien avant la floraison afin que le puceron qui transmet la jaunisse ne se developpe pas. Le puissant insecticide qui est pulverisé se repand dans tte la nature en dehors des limites du champs et sa toxicité décime les abeilles.

Véronique SAVEY

Il y a 1 ans

Signaler

0

Encore une industrie qui va disparaitre.... et un coùt carbone qui va augmenter avec l'importation par bateaux

À lire

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Russie : mieux comprendre son logiciel impérial

Loin des clichés habituels, l’universitaire Jean-Robert Raviot entreprend dans son nouveau livre de décrypter l’origine et les lignes de force de la logique de puissance qui a survécu aux changements de régimes en Russie. Il en ressort une analyse historique convaincante et très utile pour comprendre les ressorts de la politique menée par Vladimir Poutine.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Mobilisation des agriculteurs : un parfum de 1992

Le monde paysan français n’avait pas connu une telle mobilisation depuis plus de trente ans. Comme leurs homologues allemands, hollandais, polonais ou roumains, les agriculteurs de l’hexagone entendent alerter les pouvoirs publics sur la souffrance qui monte au sein de leur profession victime d’une compétition mondiale de plus en plus rude.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL