Politique

Bardella président du Rassemblement National : un match joué d’avance ?

La lecture des articles est réservée aux abonnés

 
Les encartés du RN sont appelés à s’exprimer en ligne depuis le 30 septembre dernier, pour élire leur futur président. En lice, deux candidats s’opposent. D’un côté l’eurodéputé et président du RN par intérim Jordan Bardella ; de l’autre, Louis Aliot, maire de Perpignan et vice-président du RN. Les deux profils sont très différents : par sa position au sein du parti et sa présence médiatique, Jordan Bardella a une stature qui le prédestine déjà à ce poste. En face, Louis Aliot est certes l’un des ténors du parti, par ailleurs ancien compagnon de Marine Le Pen, mais surtout un cadre de proximité discret, absent des médias nationaux. C’est, en somme, un homme de terrain. Il se murmure d’ailleurs que la victoire est déjà donnée au jeune homme de 27 ans. « Même si rien n’est encore acté, on a compris que Bardella allait gagner cette bataille soporifique », confie un proche de Louis Aliot au Journal Du Dimanche
 
Mais alors qu’au micro de BFM politique, Marine Le Pen maintient qu’« il n’y a pas de différence de ligne entre Jordan Bardella et Louis Aliot », une fracture semble se dessiner depuis quelques jours entre les deux clans. Dans une tribune publiée dans l’Opinion le 13 octobre, Louis Aliot lance une escarmouche contre « les adeptes les plus déterminés du ‘grand remplacement’ ». Face « aux éléments les plus radicaux », il propose « d’ouvrir le chemin d’un ‘Bad Godesberg’ à la française pour [sa] famille politique », en référence au programme du parti social-démocrate allemand (SPD) de 1956, rompant avec le marxisme. Une tentative de se différencier de son rival ? La réponse de Jordan Bardella tient dans une interview donnée à Valeurs Actuelles, publiée le 14 octobre. Selon l’eurodéputé, il s’agit de ne pas « sombrer dans les euphémismes et les reniements idéologiques ».  Un « Bad Godesberg » à la française reviendrait à « proposer aux adhérents du Rassemblement National de rompre avec la ligne politique de Marine Le Pen. » La dédiabolisation, oui, mais jusqu’où …

La rédaction d'OMERTA

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Anne Mitteau

Il y a 1 ans

Signaler

0

Bardella a eu un comportement inqualifiable vis à vis d'Eric Zemmour à qui il a piqué toutes les idées. Aliot semble de ce point de vue un peu plus "ouvert" à l'union des droites !

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Attaque de l’Iran contre Israël : le monde retient son souffle…

Pour sa riposte, inévitable après la destruction de son consulat à Damas, l’Iran, pensait-on, utiliserait ses « proxy », le Hezbollah au Liban, les milices chiites en Irak ou les Houthis en Mer Rouge pour se venger d’Israël. Rien de tout cela ne s’est produit.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL