Enquêtes

Arménie, la guerre oubliée

Téléchargez gratuitement l’application mobile d’OMERTA pour visionner nos documentaires :
🤳 IPhone : https://apps.apple.com/fr/app/omerta/id6443905422
📲 Android : https://play.google.com/store/apps/details?id=com.omerta.mobile

Alors que les yeux de la communauté internationale étaient rivés sur la guerre en Ukraine, où une équipe de nos journalistes suivait le conflit, notre grand reporter Aïcha Hmissi est partie suivre un conflit moins médiatisé. Celui-ci oppose l'Azerbaïdjan à son voisin, l'Arménie.
 
Il y a deux ans, les deux ennemis étaient déjà en guerre. Malgré un accord de fin des hostilités signé le 9 novembre 2020 par Nikol Pachinian (Premier ministre arménien) conférant à l’Azerbaïdjan les territoires conquis (dont une partie du Haut-Karabagh), les affrontements n’ont jamais cessé. Depuis, l’Arménie a vu, petit à petit, son territoire rétrécir.
 
La reprise des affrontements entre ces deux pays en septembre dernier fut particulièrement meurtrière. On dénombre aujourd'hui plusieurs centaines de morts, ce qui fait de ces combats les plus violents depuis ceux de 2020.
 
Si depuis des siècles, le plus vieux pays chrétien du monde lutte pour sa survie, l’enfermement de Poutine dans la guerre en Ukraine l'a placé sous une épée de Damoclès.
 
À retrouver sur notre application mobile. Lien en début d'article.

La Rédaction d'Omerta

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

[Éditorial] Attaque de l’Iran contre Israël : le monde retient son souffle…

Pour sa riposte, inévitable après la destruction de son consulat à Damas, l’Iran, pensait-on, utiliserait ses « proxy », le Hezbollah au Liban, les milices chiites en Irak ou les Houthis en Mer Rouge pour se venger d’Israël. Rien de tout cela ne s’est produit.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

À Voir

Débat entre Régis Le Sommier et BHL