Société

Antispécisme : les droits de l'homme au pays des animaux

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Alors que l’Espagne légifère maladroitement en ouvrant une brèche à la zoophilie, en France le combat pour les droits des animaux va de la simple condamnation des actes de cruauté à la promotion de l’« antispécisme ». Ce courant de pensée radical fonde sa morale sur une même capacité des animaux et des hommes à ressentir du plaisir ou de la souffrance. L’homme est donc un animal comme les autres, qui ne doit pas donner priorité à son espèce. Comme les autres, mais seul capable de mettre fin à toutes souffrances dans le monde : exploitation animale de tous types, chasse ou… prédation. 

Le mouvement s’est fait connaître par ses coups d’éclat, peignant des boucheries au sang de porc ou exposant des bêtes abattus pour émouvoir les passants. Sa représentation médiatique et politique est assurée par les militants véganes, comme la porte-parole de « Boucherie Abolition » Solveig Halloin, ou le désormais député Aymeric Caron. Mais quelles sont les mentalités charnières du mouvement, relayées par la presse ? Deux se détachent du lot.

Animal, mon ami, mon frère : l’antispécisme du quotidien

Le cheval bénéficie déjà, dans le vocabulaire courant, d’une personnification honorifique : ses pattes sont des jambes, son museau est un nez. Mais ces distinctions sont avant tout le fruit de milliers d’années de services rendus à l’homme. Aujourd’hui, la tendance pousse à considérer l’animal non plus comme tel, mais comme un compagnon de même dignité, de même intérêt, de même grandeur qu’un ami, voire un amant légalement dans certains pays comme le Danemark.

Tout part de cet amour de l’animal de compagnie, de plus en plus fort à mesure que déçoivent les hommes, et porté par une certaine presse qui s’empare du sentiment primordial pour en tirer les conséquences idéologiques. Un article de Ouest France en est un bon exemple, intitulé « Mon chien ou mon chat n’est pas un animal de compagnie, il est ma famille ». Le glissement se veut affectueux, mais la vraie perdante est justement la …

Alexandre Cervantes

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Patrick Jobart

Il y a 1 ans

Signaler

0

Ces gens n'ont aucune notion d'écologie. Les milieux naturels sont régis par des équilibres délicats, que l'homme perturbe régulièrement. Rappelons-nous Mao et les "moineaux nuisibles", campagne qui aboutit à une épouvantable famine du fait de la prolifération d'insectes. Si les lions sont tués ou rendus végétariens, les gazelles pulluleront et leurs ressources alimentaires diminueront, etc...

À lire

Législatives : Ces personnalités de la droite et du centre qui soutiennent l’initiative d’Éric Ciotti

Anciens ministres, parlementaires ou maires, issus de la droite libérale, ils approuvent le choix du Président des Républicains de nouer des accords électoraux avec le Rassemblement national pour gagner les élections législatives. Revue des effectifs.

Enfance en danger : Karl Zéro, Mathieu Bock-Côté et Najat Vallaud-Belkacem au menu d’OMERTA

Le cinquième numéro papier d’OMERTA , d'ores et déjà disponible en kiosque, frappe fort en abordant des thématiques trop souvent taboues, des scandales volontiers mis sous le boisseau, en lien avec l’avenir de nos enfants.

Emmanuel Macron a déroulé le tapis rouge à Volodymyr Zelensky

Accueil en Normandie, honneurs militaires aux Invalides, discours à l’Assemblée nationale… Rien n’était trop bon trop beau pour encenser le controversé président ukrainien qui souhaite voir les occidentaux augmenter fortement leur soutien à sa croisade défensive contre les Russes.

Quand le général de Gaulle refusait de commémorer le 6 Juin 1944

Si depuis trente ans, les commémorations des principaux anniversaires du débarquement anglo-américain sur les côtes normandes sont orchestrées, et parfois instrumentalisées, par les Présidents de la République française, il n’en a pas toujours été le cas.

Europe : à quelques jours des élections, la grogne des agriculteurs ne retombe pas

Dans cette semaine préélectorale, les agriculteurs européens se mobilisent, des Pyrénées à Bruxelles pour défendre leurs intérêts et alerter l’opinion. En France c’est le syndicat Coordination rurale qui demeure le plus mobilisé, la FNSEA restant en retrait.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL