Société

Année-record pour l’immigration en France

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Tout le monde se souvient de la promesse d’Emmanuel Macron faite en 2019 : « 100% des OQTF [Obligation de Quitter le Territoire Français] seront appliquées ». Trois ans après, le constat est sévère : moins de 10% d’entre elles sont exécutées, et en parallèle, l’immigration a considérablement augmenté : +17,2% selon le dernier rapport du ministère de l’Intérieur. Si l’année 2020 avait entraîné un certain recul du nombre de migrants légaux, les années 2021 et 2022 voient une tendance fortement haussière advenir. Selon les estimations officielles, 320 330 migrants légaux seraient entrés en France l’année dernière, contre 273 360 l’année dernière. Quasiment l’équivalent de la population de la ville de Nice. 

Ce chiffre, déjà impressionnant, compte les demandes d’asile approuvées, soit 56 000 sur les 134 000, presque 42% des requêtes ont donc été acceptées. Cependant, pour être plus juste, il faudrait ajouter 75000 personnes aux statistiques : en effet, selon un rapport de la Cour des Comptes datant de 2015, 96% des déboutés du droit d’asile ne sont pas raccompagnés à la frontière, et restent en France. 

Les migrants illégaux ajoutent, eux aussi, leur grain de sel à ces statistiques. Ainsi, selon l’agence Frontex, en charge de la surveillance des frontières européennes, ce sont 330 000 migrants qui sont entrés illégalement sur le territoire européen. Une hausse de 64% par rapport à l’année précédente, et un chiffre jamais atteint depuis 2016. La nouvelle route de passage est celle des Balkans, qui représente 45% des entrées. Un chiffre à mettre en relation avec l’entrée récente de la Croatie dans l’espace Schengen, qui ajoute 170 kilomètres de frontières à l’Union européenne. Ajoutons également à ces chiffres les quelques 106 000 Ukrainiens réfugiés de guerre, accueillis à court-terme, qui reviendront au pays lorsque la guerre sera terminée. 

 

Migrants : qui sont-ils, quels sont leurs réseaux ? 

Le premier pays en termes de ressortissants demandant un titre de séjour -sur …

Alexandre de Galzain

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

[Analyse] États-Unis : le Congrès va débloquer 61 milliards de dollars pour l’Ukraine

La Chambre des représentants des États-Unis a dégagé une majorité pour voter 61 milliards pour l’Ukraine, 13 milliards pour Israël et 8 milliards pour Taïwan. Zelensky et Netanyahu se félicitent de cette décision qui financera, non sans arrière-pensées, leurs opérations militaires mais également le complexe militaro-industriel américain.

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL