Géopolitique

Algérie : la bascule autoritaire

Cela fait désormais trois ans que le régime d’Abdelaziz Bouteflika est tombé. Trois ans que son successeur, Abdelmadjid Tebboune, a pris la relève en insufflant un courant nouveau à l’Algérie. 

Ce courant nouveau, pour autant, est loin d’être celui des Lumières, de la liberté. En fait, ainsi que l’explique Xavier Driencourt, c’est un « nettoyage politique » qui a lieu depuis deux ans dans le pays. Profitant des crises du Covid-19 et de la guerre en Ukraine, le régime a, à nouveau, pris un courant autoritariste. 

La liberté de presse est « muselée » dans les anciens départements français d’Afrique du Nord. On ne compte plus les exemples de censure : si le journal El Watan a été placé sous tutelle gouvernementale, d’autres médias comme le quotidien Liberté ou Radio M. ont, eux, carrément été fermés. L’époque de la presse libre sous Bouteflika fait doucement rêver : elle appartient désormais au passé, tout comme les espoirs de démocratisation du pays nés après la chute de Bouteflika. 

Le système tient à nouveau grâce à sa junte militaire, et cette organisation militaire du pouvoir se traduit dans les méthodes de répression utilisées par Abdelmadjid Tebboune. En fait, la nostalgie de l’époque du FLN refait surface plus que jamais face à « la France, « ennemi éternel » ». 

L’Algérie contre la France 

La fuite en avant de l’Algérie se fait directement face à l’ennemi, la France. La France, à qui Alger voue une rancœur tenace, apparemment inaltérée depuis plus de soixante ans. Là-bas, toujours selon Xavier Driencourt, « le discours antifrançais est le levain d’une campagne électorale réussie ». 

Pourtant, la France, elle, ne semble pas comprendre cet état de fait. Alors qu’Emmanuel Macron avait initialement adopté un discours de fermeté envers l’Algérie, critiquant notamment la « rente mémorielle » dont elle disposait, il s’est avéré qu’à nouveau, son célèbre « en même temps » est entré en jeu. Il avait pourtant fait montre d’une « lucidité dont aucun de ses prédécesseurs n’avait affichée ». 

Quelques semaines plus tard, la nouvelle position de la France s’affichait. Désormais, elle viendrait flatter l’orgueil algérien, en rappelant les liens forts unissant les deux pays, et l’importance de la « diaspora » algérienne dans le pays. Plus tard, en 2022, elle viendrait à Alger quémander du gaz au pays rentier, en plein milieu d’une crise énergétique. Même les innombrables insultes reçues par Emmanuel Macron lors d’un bain de foule à Oran n’y ont rien fait. Au fond, l’Algérie a déjà gagné une bataille : elle représente indiscutablement une force politique en France, où on peut sans doute compter plusieurs millions d’Algériens et descendants d’Algériens encore attachés à la mémoire de la guerre d’indépendance. 

S’il est impossible d’estimer avec exactitude combien ils sont actuellement en France, Xavier Driencourt donne cependant un chiffre-perspective : « 45 millions d’Algériens n’ont qu’une obsession : partir et fuir. Partir où, si ce n’est en France, où chaque Algérien a de la famille ? ». En fait, la crise autoritariste du régime risque bien d’avoir une conséquence désastreuse pour la France : de nouvelles vagues d’immigration incontrôlée, qui seraient incomparables avec celles accueillies jusque-là. 

L’ancien ambassadeur, conclue alors terriblement, en agitant une sinistre prophétie : « L’Algérie, en ce sens, a gagné le combat contre l’ancien colonisateur : elle reste un problème pour la France, elle s’effondre, mais risque d’entraîner Paris dans sa chute. La IVe République est morte à Alger, la Ve succombera-t-elle à cause d’Alger ? » 

Alexandre de Galzain

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier