Économie

Agriculture : déjà un mort parmi les "Gilets verts"

La paysannerie n’a jamais constitué la catégorie sociale la plus hostile aux gouvernements successifs d’Emmanuel Macron depuis 2017. Plus conservateurs que populistes, les agriculteurs se savent imbriqués dans une ingénierie professionnelle dont les ressorts se situent avant tout à Bruxelles et dont la FNSEA, principal syndicat de la profession, avalise les principes qui favorisent avant tout les grandes exploitations. 

L’UE joue contre les agriculteurs français


Mais cette situation est bousculée par une série de décisions dures à avaler : la pression écologique européenne (dont la multiplication des jachères), le libre-échangisme mondial avalisé par une série d’accords signés par l’UE (par exemple avec le Mercosur) et la volonté de Bercy de fiscaliser le GNR, c’est-à-dire le carburant nécessaire aux tracteurs et aux autres machines agricoles. L’entrée possible de l’Ukraine dans l’Union européenne inquiète également le monde agricole, notamment du fait de l’importation massive de volailles en provenance de ce pays depuis quelques mois.

Des mouvements similaires ont eu lieu depuis plusieurs semaines dans d’autres pays de l’Union européenne, en Allemagne, en Pologne, aux Pays-Bas ou en Roumanie. Si toutes les régions françaises ne sont pas encore mobilisées, on ne compte plus les barrages érigés ces derniers jours dans le sud de la France : en Haute-Garonne, en Ariège, dans les Pyrénées-Orientales ou encore dans la Drôme. 

Le gouvernement inquiet


Gabriel Attal a vite compris le danger que pouvait représenter politiquement ce mouvement à six mois des élections européennes et à quelques semaines du Salon de l’Agriculture. Lui-même issu du monde agricole, le ministre Marc Fesneau joue l’apaisement. Gérald Darmanin a annoncé qu’il ne ferait pas évacuer par la force les barrages routiers. Ils n’ont néanmoins pas beaucoup de solutions à proposer au monde agricole français puisque les leviers dépendent des institutions européennes. Cela pourrait entrainer une poussée du vote en faveur du Rassemblement national de Jordan Bardella en juin prochain.

Contacté ce matin par OMERTA, juste après l'annonce du drame, un élu de la Coordination rurale, syndicat agricole souverainiste, fait le constat suivant : « C’est enfin en train de bouger dans le monde agricole français. La direction de la FNSEA qui a passé un accord avec le gouvernement sur la hausse du GNR est en voie d’être dépassée par sa base. Le mouvement prend de l’ampleur. » 

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Emmanuel Macron n’exclut pas d’envoyer des troupes en Ukraine

Deux ans après l’intervention militaire de la Russie en Ukraine, le Président français a réuni une vingtaine de chefs d’États et de gouvernements pour un dîner à l’Élysée. Il n’exclut plus l’envoi de troupes occidentales pour aider l’armée ukrainienne, s’attirant des critiques de Jean-Luc Mélenchon, Olivier Faure et Marine Le Pen.

La recherche française face au défi des coupes de l’État

Dans un décret paru jeudi 22 février au Journal officiel, le gouvernement a acté 10 milliards d’euros de coupes budgétaires. Le ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur est durement touché. Cette annonce risque de retarder les avancées scientifiques françaises, déjà à la traîne.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL