Culture

Afrique adieu

François de Grossouvre a hérité de son grand-père, devenu au fil des décennies l’ami et le conseiller de François Mitterrand, son nom, son prénom et son goût de la nature. Car il ne faut pas s’y méprendre : chez des hommes de cette trempe, la chasse n’est qu’une des multiples facettes d’une passion immodérée pour l’environnement naturel. « Tout a commencé par un film documentaire sur les cerfs de Chambord, que mon grand-père avait à la maison et que je regardais souvent », confie l’auteur. 

Ce grand-père, retrouvé mort dans son bureau de l’Élysée le 7 avril 1994 dans des circonstances jamais totalement éclaircies, est le fil conducteur de ce récit. C’est en effet lui qui va initier son petit-fils à la nature et à l’univers de la chasse. C’est par l’entreprise d’un des vieux amis de son aïeul qu’à l’âge de 18 ans, le jeune François va pouvoir s’envoler la Tanzanie à la fin des années 1990 afin de débuter son apprentissage de guide de chasse dans la réserve de chasse du Selous. A l’époque, pour lutter efficacement contre les braconniers qui massacraient les troupeaux d’éléphants, ce pays a mis en place ce type de réserves où les prélèvements d’animaux sont régulés et limités, financées par les passionnés d’expériences cynégétiques africaines. 

L’art du pistage


Au cours des années suivantes, François de Grossouvre va exercer ses talents de guide et de photographe animalier dans d’autres pays, comme la République centrafricaine et le Cameroun. Il côtoie et chasse aussi bien les buffles que les lions, les léopards et les éléphants. Il se passionne pour l’art du pistage dans lequel il voit un savoir-faire ancestral qui mérite d’être protégé et mieux connu : « Le pistage est un voyage dans le temps. » Je me souviendrai longtemps de notre première rencontre sur les bords de la Seine par l’entremise d’un ami diplomate. Il revenait d’un séjour en Centrafrique et contait son quotidien avec une rare passion.

Aujourd’hui François de Grossouvre ne piste plus les animaux d’Afrique. Il élève des faucons en Patagonie. Le modèle des réserves de chasses s’essouffle en Afrique alors qu’il était une des meilleurs garanties pour la conservation de la faune sauvage sur ce continent : « Comme les lycaons qui avaient protégé le dernier rhinocéros noir du Selous, nous étions les gardiens d’un souvenir, après ce dernier safari, qui serait un réconfort et un espoir pour les éléphants, mais aussi pour nous même. Il est donc important que ce témoignage lumineux soit paru chez un grand éditeur parisien et qu’il ait connu dès sa publication un beau succès d’estime. 

François de Grossouvre, D’un autre monde, Stock, 254 p., 19,90 euros.

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Diplomatie : le net recul de la France

Encore un recul significatif : la France perd deux places dans le très sérieux classement 2024 des réseaux diplomatiques mondiaux publié par The Lowy Institute. Elle se trouve désormais devancée par la Turquie et le Japon ! Une situation évidemment mal vécue par les diplomates du Quai d’Orsay par ailleurs souvent en butte à l’hostilité de la cellule diplomatique de Élysée.

La recherche française face au défi des coupes de l’État

Dans un décret paru jeudi 22 février au Journal officiel, le gouvernement a acté 10 milliards d’euros de coupes budgétaires. Le ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur est durement touché. Cette annonce risque de retarder les avancées scientifiques françaises, déjà à la traîne.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL