Société

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Suite à un rapport de l’inspection du ministère de l’Éducation nationale pointant certaines dérives marginales au sein de l’établissement privé catholique Stanislas qui scolarise 3 500 élèves dans le VIe arrondissement de la capitale, la mairie de Paris a annoncé le 17 janvier suspendre les subventions légales qu’elle lui verse, stigmatisant ainsi l’ensemble d’une communauté éducative de grande qualité. Le rectorat et la direction de l’établissement avaient pourtant travaillé à résoudre les problèmes pointés du doigt dans ce rapport.

Rappelons que la liberté de l’enseignement est un principe fondateur du pacte social français, qui a trouvé son équilibre à la Libération. En septembre 1951, la loi Barangé, portée par les gaullistes, les démocrates-chrétiens et les  libéraux consacra le principe d’une subvention versée aux parents scolarisant leurs enfants dans l’enseignement privé. En décembre 1959, la loi Debré, souhaitée par le général de Gaulle intégra la grande majorité de l’enseignement privé au service public de l’Éducation nationale en posant le principe d’un contrat d’association passé entre l’État et les établissements concernés.

Le grand mouvement de 1984


C’est la gauche socialo-communiste qui ralluma la guerre scolaire au lendemain de l’élection de François Mitterrand à l’élection présidentielle de 1981 en voulant intégrer de force les enseignants du privé au sein de la fonction publique. Il s’ensuit une série de manifestations de grande ampleur durant les premiers mois de l’année 1984, le rejet du projet Savary par le chef de l’État et, entre autres facteurs, la chute du gouvernement de Pierre Mauroy au mois de juillet de la même année. 

Ces dernières années, ce sont les établissements privés sous contrat et l’enseignement à la maison qui ont fait l’objet de restrictions et de renforcement des contrôles sans que soit toujours bien distingué entre les pratiques à problème, lié notamment à un radicalisme religieux et le choix légitime de parents inquiets de la …

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

philippe paternot

Il y a 1 mois

Signaler

1

dès que quelqu'un réussit , la gauche veut lui couper la tête, drole de civilisation

À lire

Diplomatie : le net recul de la France

Encore un recul significatif : la France perd deux places dans le très sérieux classement 2024 des réseaux diplomatiques mondiaux publié par The Lowy Institute. Elle se trouve désormais devancée par la Turquie et le Japon ! Une situation évidemment mal vécue par les diplomates du Quai d’Orsay par ailleurs souvent en butte à l’hostilité de la cellule diplomatique de Élysée.

La recherche française face au défi des coupes de l’État

Dans un décret paru jeudi 22 février au Journal officiel, le gouvernement a acté 10 milliards d’euros de coupes budgétaires. Le ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur est durement touché. Cette annonce risque de retarder les avancées scientifiques françaises, déjà à la traîne.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL