Société

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Suite à un rapport de l’inspection du ministère de l’Éducation nationale pointant certaines dérives marginales au sein de l’établissement privé catholique Stanislas qui scolarise 3 500 élèves dans le VIe arrondissement de la capitale, la mairie de Paris a annoncé le 17 janvier suspendre les subventions légales qu’elle lui verse, stigmatisant ainsi l’ensemble d’une communauté éducative de grande qualité. Le rectorat et la direction de l’établissement avaient pourtant travaillé à résoudre les problèmes pointés du doigt dans ce rapport.

Rappelons que la liberté de l’enseignement est un principe fondateur du pacte social français, qui a trouvé son équilibre à la Libération. En septembre 1951, la loi Barangé, portée par les gaullistes, les démocrates-chrétiens et les  libéraux consacra le principe d’une subvention versée aux parents scolarisant leurs enfants dans l’enseignement privé. En décembre 1959, la loi Debré, souhaitée par le général de Gaulle intégra la grande majorité de l’enseignement privé au service public de l’Éducation nationale en posant le principe d’un contrat d’association passé entre l’État et les établissements concernés.

Le grand mouvement de 1984


C’est la gauche socialo-communiste qui ralluma la guerre scolaire au lendemain de l’élection de François Mitterrand à l’élection présidentielle de 1981 en voulant intégrer de force les enseignants du privé au sein de la fonction publique. Il s’ensuit une série de manifestations de grande ampleur durant les premiers mois de l’année 1984, le rejet du projet Savary par le chef de l’État et, entre autres facteurs, la chute du gouvernement de Pierre Mauroy au mois de juillet de la même année. 

Ces dernières années, ce sont les établissements privés sous contrat et l’enseignement à la maison qui ont fait l’objet de restrictions et de renforcement des contrôles sans que soit toujours bien distingué entre les pratiques à problème, lié notamment à un radicalisme religieux et le choix légitime de parents inquiets de la …

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

philippe paternot

Il y a 3 mois

Signaler

1

dès que quelqu'un réussit , la gauche veut lui couper la tête, drole de civilisation

À lire

[Editorial] Nouvelle-Calédonie : gouverner, c’est prévoir…

Les dégradations que vient de connaître le « caillou » ont atteint un montant de 700 millions d’euros, soit presque équivalent à celui des émeutes de juillet dernier en métropole. Pour une population de 270 000 habitants seulement répartis sur un territoire de 18 000 kilomètres carrés situé aux antipodes du pays, c’est assez réussi.

Gaza : Les Occidentaux embarrassés par le réquisitoire de la Cour Pénale Internationale

Les possibles poursuites de la CPI contre Benjamin Netanyahu et Yoav Gallant inquiètent les chancelleries occidentales qui seraient alors obligés de les arrêter en cas de séjour sur leurs territoires, mis à part aux États-Unis qui n’ont pas ratifié le statut de Rome.

Emmanuel Macron peine à rassurer les agriculteurs

De l’avis de beaucoup d’observateurs, Emmanuel Macron a rapidement mis sous le boisseau la crise agricole, étant incapable de la régler. L’Élysée mise sur un succès de la FNSEA lors des prochaines élections aux chambres d’agriculture pour garder le contrôle de ce secteur économique en pleine mutation, quitte à laisser la révolte gronder dans les campagnes françaises.

Cinéma Omar Sy à Trappes : c’est Renoir qu’on assassine

La ville de Trappes (Yvelines) a décidé de rebaptiser le cinéma municipal du nom de l’acteur au prétexte qu’il soit natif de la commune. En faisant cela, le maire socialiste Ali Rabeh, proche de Benoit Hamon, et son conseil municipal remisent au placard Jean Renoir, inoubliable réalisateur de « La Grande Illusion » et de « La Règle du jeu ».

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL