Géopolitique

Abandon de Kherson : le faux-nez de la stratégie russe ?

Porte stratégique pour la conquête du sud de l’Ukraine, la ville de Kherson serait en train d’être évacuée par les troupes russes, conformément à l’annonce faite mercredi par le général Sergueï Choïgou dans une vidéo diffusée à télévision. « Les manœuvres [de retrait] des soldats vont commencer très rapidement », a-t-il expliqué. Une décision « pas du tout facile » à prendre, selon le Kremlin, relayé par Le Point, qui a un air de débâcle. « C’est la preuve qu’ils ont de vrais problèmes, la Russie, l’armée russe », avance le président américain Joe Biden. Même si l’information du retrait russe est multiplement relayée dans les médias occidentaux, décrite comme « un revers militaire et politique immense pour la Russie » (Le Monde), ou comme une « fuite » (BBC), Kiev préfère rester prudent et s’attend à des combats acharnés. En cause, le dispositif en « dent de dragons » installé tout autour de la ville par les soldats russes, afin d’empêcher le passage des chars. 
  
Après les annonces, le président ukrainien Volodymyr Zelensky a précisé que les autorités ukrainiennes réagissaient avec une « extrême prudence » à la nouvelle, et n’observait « aucun signe » d’un retrait des Russes mercredi. « L'ennemi ne nous fait pas de cadeau, ne manifeste pas de geste de bonne volonté, nous devons tout gagner », indique le chef d’État, comme le rapporte France Info. 
  

Un choix « difficile, mais correct » pour Ramzan Kadyrov 
 
Le Président de la république russe de Tchétchénie, Ramzan Kadyrov, a expliqué qu’ « après avoir pesé le pour et le contre, le général Sergueï Sourovikine a fait un choix difficile, mais correct », relève Le Guardian. De son côté, le fondateur de Wagner, Yevgeny Prigozhin a estimé que ce retrait « n'est pas une étape victorieuse dans cette guerre ». 
 
Pourtant, selon un tweet, publié ce jeudi par Mykhaïlo Podoliak, un conseiller du président Zelensky, l’armée russe serait en train de transformer Kherson en « ville de la mort », minant « tout ce qu'elle peut : appartements, égouts » et prévoyant de « transformer la ville en ruines ». Il avance d’ailleurs qu’une partie des troupes russes est encore sur place et fustige « des déclarations télévisées mises en scène » de la Russie. 
 

La rédaction d'OMERTA

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Jean Paul Jaillot

Il y a 14h

Signaler

0

La mise en scène RUSSE doit interpeller à l'évidence. Il faut savoir que la phase de désengagement d'une force est une manœuvre militaire complexe et sensible (autrement dit, très dangereuse). Les Ukrainiens ont raison d'être prudents d'autant que toute la zone évacuée sera polluée

À lire

Régis Le Sommier reçoit Michel Onfray

Pour le premier grand entretien d’OMERTA, notre directeur de la rédaction, Régis Le Sommier, a reçu le philosophe Michel Onfray. Au programme : Russie, christianisme et immigration. Extraits.

Wokipédia : qui a vraiment droit à une page sur Wikipédia ? (2/6)

Dans une série d'enquêtes consacrées à Wikipédia, nous revenons sur la façade proprette de Wikipedia qui cache parfois un militantisme éhonté, il faut encore passer de l’intuition à la démonstration. Et prouver que Wikipedia est aujourd’hui structurellement militant.

Pour désengorger les centres-villes, Emmanuel Macron dégaine des RER

Annoncé en catimini sur YouTube, le projet de création de lignes de RER dans « les 10 plus grandes villes de France » se heurte à quelques réalités de terrains. Le financement est la principale pierre d’achoppement avec les collectivités locales.

[Roman] Le mage du Kremlin : envoûtant

L’auteur Giuliano da Empoli a publié cette année son premier roman, Le Mage du Kremlin. Véritable épopée au cœur de la Russie de Poutine, parmi les plus hautes sphères du pouvoir, c’est une incontestable réussite.

La « taxe SNCF » coûte 276 euros par an

Une récente note de la FIPECO fait le bilan comptable de la SNCF. Le constat n’est pas franchement positif.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier