Société

Wokisme : Sciences Po Paris à la dérive

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Longtemps, Sciences Po fut l’école de l’entre-soi parisien, ou se croisaient rejetons de bonnes familles de l’ouest parisien et enfants de la gauche intellectuelle de la Montagne Sainte-Geneviève. La dérive idéologique de l’établissement a commencé en 1996 avec la nomination de Richard Descoings (1958-2012) à la direction de la vénérable institution fondée en 1872 par le libéral Émile Boutmy sous le nom d’École libre des Sciences politiques. L’homme fut adoubé à ce poste par Alain Juppé et René Rémond, affichant l’ambition de faire de Sciences Po un « Harvard à la française ». Pour ce faire, il internationalise l’école et l’ouvre à des élèves issus de Zones d’éducation prioritaire (ZEP), c’est-à-dire des banlieues et, souvent, de l’immigration. Adulé par les médias, Richard Descoings terminera tragiquement son existence aux États-Unis, dans une chambre d’hôtel de Manhattan, après une nuit passée avec des « escort boys ». 

Scandales sexuels à répétition


En 2013, c’est Frédéric Mion, qui prend le relais. Cet ancien conseiller ministériel de Jack Lang, devra démissionner le 9 février 2021, suite à l’affaire de viols et agressions sexuelles reconnue par Olivier Duhamel, président de la Fondation nationale des sciences politiques depuis 2016. Frédéric Mion a dû en effet avoir été mis au courant des agissements d’Olivier Duhamel dès 2018. C’est Mathias Vicherat, ancien membre du syndicat étudiant de gauche UNEF et ancien proche collaborateur d’Anne Hidalgo qui est alors appelé à prendre la direction de Sciences Po Paris, déterminé à poursuivre la ligne communautariste et wokiste initiée originellement par Richard Descoings. Jusqu’à ce qu’il soit à son tour mis en cause par la justice, pour des faits de violences conjugales.

Jean-Luc Mélenchon minimise 


Il est très symbolique que Mathias Vicherat, 45 ans, ait démissionné au lendemain d’un rassemblement propalestinien qui s’est déroulé le 12 mars dans l’amphithéâtre Boutmy de la rue Saint-Guillaume où ils ont déployé des …

Jacques Cognerais

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

philippe paternot

Il y a 1 mois

Signaler

0

nos impots servent à ça!

À lire

[Analyse] États-Unis : le Congrès va débloquer 61 milliards de dollars pour l’Ukraine

La Chambre des représentants des États-Unis a dégagé une majorité pour voter 61 milliards pour l’Ukraine, 13 milliards pour Israël et 8 milliards pour Taïwan. Zelensky et Netanyahu se félicitent de cette décision qui financera, non sans arrière-pensées, leurs opérations militaires mais également le complexe militaro-industriel américain.

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL