Géopolitique

Viktor Orban rencontre Macron à Paris avant le Conseil européen

La lecture des articles est réservée aux abonnés

L’adhésion promise par l’Union européenne à l’Ukraine pourrait se révéler plus compliquée que prévu. En effet, elle nécessite l’unanimité des membres actuels et certains pays, comme la Hongrie y sont fermement opposés. Comme l’a déclaré hier Viktor Orban à nos confrères du Point, le pouvoir hongrois considère que « L’Ukraine est l’un des pays les plus corrompus du monde. » La Hongrie est loin d’être le seul pays rétif à une adhésion rapide de l’Ukraine à l’Union européenne, telle que la souhaite Ursula von der Leyen qui préside la Commission européenne. L’Allemagne, si elle n’est pas opposé au principe de cette adhésion, souhaite que celle-ci se fasse dans le respect des critères européens dit de Copenhague. 

Aussi paradoxal que cela puisse paraître aux yeux de bien des observateurs, Emmanuel Macron et Viktor Orban entretiennent de bonnes relations. Le chef de l’État français a ainsi facilité le contrat passé par la Hongrie avec Framatome pour l’extension du programme nucléaire civil hongrois. Emmanuel Macron jouit donc d’une bonne image à Budapest et le gouvernement hongrois travaille plus aisément avec Paris qu’avec Berlin. Une visite à Paris avant la réunion du Conseil européen était donc sur le principe un préalable susceptible d’être constructif malgré l’intransigeance hongroise dans le dossier ukrainien. Il faut rappeler à ce sujet que la Hongrie et l’Ukraine ont une frontière commune et que des minorités hongroises résident dans le territoire contrôlé par Kiev.

Sanctions financières de Bruxelles


Sous le coup de sanctions financières de Bruxelles depuis l’an dernier pour des manquements supposés à l’État de droit, pour un montant de plusieurs milliards d’euros, la Hongrie a beau jeu de constater que cet argent a servi à l’Union européenne à financer l’effort de guerre ukrainien face à la Russie.

Une autre donnée est à prendre en compte concernant la place de la Hongrie dans l’Union européenne. A partir du 1er juillet, la Hongrie présidera pour six mois le …

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

jean clerc

Il y a 2 mois

Signaler

0

A l'image du De Gaulle Russe,...le De Gaulle hongrois...en miroir inversé des "quarterons" de chefs de gouvernement occidentaux ...

À lire

La recherche française face au défi des coupes de l’État

Dans un décret paru jeudi 22 février au Journal officiel, le gouvernement a acté 10 milliards d’euros de coupes budgétaires. Le ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur est durement touché. Cette annonce risque de retarder les avancées scientifiques françaises, déjà à la traîne.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier