Politique

Valérie Boyer sur les cabinets de conseil : « Rien n’était encadré »

La lecture des articles est réservée aux abonnés

 
Sept mois après le scandale McKinsey, le Sénat revient sur l’encadrement des cabinets de conseil. Le rapport de mars n’était donc pas suffisant ?

Il y a eu le rapport, et maintenant la suite législative. Celle-ci a été donnée hier puisque nous avons voté dans l’hémicycle un certain nombre de propositions qui étaient dans le rapport. Ce texte a d’ailleurs été voté à l’unanimité sur tous les bans. 


Que contient ce texte ?

Cette proposition de loi est transpartisane, et décline les propositions du rapport d’enquête. Le délai de sept mois montre que nous avons été efficaces. 

L’esprit du texte, c’est de mettre fin au recours tous azimuts aux cabinets de conseil. Nous souhaitons mettre fin à l’opacité, au foisonnement incontrôlé des prestations, à la dépossession de l’État de ses fonctions stratégiques, et au risque déontologique de conflit d’intérêts. 

Jusqu’à présent, il y a eu des opérations de déminage médiatique, beaucoup d’annonces, et évidemment peu d’actions : nous sommes en « macronie » après tout. Il y a bien eu une circulaire en janvier, mais ce n’était rien face à la multiplication des prestations de conseil. 

Nous avions quatre objectifs : fin de l’opacité, encadrer le recours aux consultants, renforcer leurs obligations déontologiques, et mieux protéger les données de l’administration. 

Que contient ce texte ? Chaque année, l’État devra publier la liste des prestations de conseil, les fonctionnaires seront informés des prestations en amont, ce qui obligera ces cabinets à rendre des travaux : ce n’était pas le cas auparavant. Les cabinets de conseil n’auront plus le droit d’utiliser le logo de l’administration, un consultant n’est pas un fonctionnaire. Les pro bono, prestations gratuites, seront également interdites pour éviter les soupçons de renvoi d’ascenseur douteux. Le démarchage des cabinets pour gagner des contrats sera également publié. 

Les consultants seront obligés d’utiliser la langue française dans leurs échanges avec l’administration. Ça ne sert à …

Alexandre de Galzain

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

« La question des mineurs victimes d’abus sexuels devrait constituer une priorité de politique publique »

Un entretien d’OMERTA avec Béatrice Brugère, secrétaire générale du Syndicat Unité Magistrats, auteur du livre "Justice : la colère qui monte" (L’Observatoire) et Delphine Blot, magistrate.

Enfance en danger : Karl Zéro, Mathieu Bock-Côté et Najat Vallaud-Belkacem au menu d’OMERTA

Le cinquième numéro papier d’OMERTA , d'ores et déjà disponible en kiosque, frappe fort en abordant des thématiques trop souvent taboues, des scandales volontiers mis sous le boisseau, en lien avec l’avenir de nos enfants.

Emmanuel Macron a déroulé le tapis rouge à Volodymyr Zelensky

Accueil en Normandie, honneurs militaires aux Invalides, discours à l’Assemblée nationale… Rien n’était trop bon trop beau pour encenser le controversé président ukrainien qui souhaite voir les occidentaux augmenter fortement leur soutien à sa croisade défensive contre les Russes.

Quand le général de Gaulle refusait de commémorer le 6 Juin 1944

Si depuis trente ans, les commémorations des principaux anniversaires du débarquement anglo-américain sur les côtes normandes sont orchestrées, et parfois instrumentalisées, par les Présidents de la République française, il n’en a pas toujours été le cas.

Europe : à quelques jours des élections, la grogne des agriculteurs ne retombe pas

Dans cette semaine préélectorale, les agriculteurs européens se mobilisent, des Pyrénées à Bruxelles pour défendre leurs intérêts et alerter l’opinion. En France c’est le syndicat Coordination rurale qui demeure le plus mobilisé, la FNSEA restant en retrait.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL