Géopolitique

Une Américaine recrutée par la Commission européenne pour régenter la concurrence

C’est fait ! Professeur d’économie à la prestigieuse université de Yale depuis 24 ans, ancienne haut-fonctionnaire de l’administration Obama (au sein de la division antitrust du département de la Justice), Fiona Scott Morton a été confirmée au poste de « chief economist » à la direction de la concurrence de la Commission européenne. Comme s’en inquiétait il y a quelques semaines dans Causeur l’essayiste Céline Pina : « Une Américaine veillerait donc à l’application stricte des règles de concurrence, ces mêmes règles qui sont accusées d’affaiblir l’Europe et de l’empêcher d’être la puissance économique qu’elle pourrait être et dont les États-Unis s’extraient sans remords quand il s’agit de favoriser leurs entreprises. » 

Ancienne des GAFAM

Il ne s’agit pas ici de remettre en cause les brillantes qualités universitaires et professionnelles de Fiona Scott Morton, mais bien de s’inquiéter que le secteur très sensible de la concurrence, qui perturbe souvent les relations transatlantiques, se voit confier à un pur produit du système politico-entrepreneurial américain. En effet, outre ses fonctions au sein de l’administration, elle a travaillé pour le compte d’Apple et de Microsoft tout en portant la charge contre Google et Facebook. Ses engagements professionnels passés contribuent à jeter la suspicion sur l’indépendance qu’elle pourrait avoir à l’avenir, tant vis-à-vis des autorités américaines que des GAFAM.

Les premières réactions politiques à cette nomination n’ont pas tardées : Sophia Chikirou, député LFI de Paris a réagi énergiquement à cette nomination sur le réseau social Twitter : « L’atlantisme de l’Union européenne est nuisible aux entreprises françaises. Il est urgent de nettoyer le machin des lobbys à commencer par les non européens ! La France doit s’opposer fermement à cette désignation. » Un de ses collègues de Loire-Atlantique, Matthias Tavel, a utilisé le même canal : « Et bientôt Biden président du Conseil européen ? La France doit s’opposer à la nomination de cette ressortissante américaine à un poste clé à la Commission européenne. Assez de naïveté et de vassalisation ! »

En France, une telle situation serait impossible, les fonctionnaires devant être de nationalité française. A Bruxelles, au sein d’une Commission européenne acquise à l’idéologie libre-échangiste et convaincu d’évoluer dans une ère postnationale, tout est possible. Même de confier la régulation de la concurrence à une représentante des intérêts américains.

Jacques Cognerais

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Claude ROUQUET

Il y a 10 mois

Signaler

1

Allez, encore un effort, et le/la prochain(e) président (e) de la Commission sera lui aussi un Américain!

Yann MORELLEC

Il y a 11 mois

Signaler

1

Encore un sale coup du" brushing" ( Unter der Leyen )

philippe paternot

Il y a 11 mois

Signaler

1

les américains ont décidé de détruire l'europe, nommer une américaine à ce poste, c'est prouver la collaboration des zélites européistes à ce machiavélique geste

À lire

Vers un accord électoral majeur entre Marine Le Pen, Éric Ciotti et Marion Maréchal

Selon nos informations, provenant des différents états-majors politiques concernés, l’union des droites pourrait être scellée dès aujourd’hui. Le Président des LR doit prendre la parole à 13h ce mardi. Sa position semble contestée au sein de son parti.

Quand le général de Gaulle refusait de commémorer le 6 Juin 1944

Si depuis trente ans, les commémorations des principaux anniversaires du débarquement anglo-américain sur les côtes normandes sont orchestrées, et parfois instrumentalisées, par les Présidents de la République française, il n’en a pas toujours été le cas.

[Éditorial] : Euthanasie, le débat confisqué

Même si son adoption entrainerait une rupture anthropologique majeure, l’euthanasie n’intéresse guère les Français. Bien organisé, le lobby promoteur du suicide assisté a su convaincre Emmanuel Macron de ne pas prendre en compte l’avis d’une grande majorité de soignants. A contrario, le nécessaire développement des soins palliatifs n’est pas garanti financièrement dans les années à venir.

Europe : à quelques jours des élections, la grogne des agriculteurs ne retombe pas

Dans cette semaine préélectorale, les agriculteurs européens se mobilisent, des Pyrénées à Bruxelles pour défendre leurs intérêts et alerter l’opinion. En France c’est le syndicat Coordination rurale qui demeure le plus mobilisé, la FNSEA restant en retrait.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier