Géopolitique

Un plan pour aider la Moldavie

République souveraine issue de l’éclatement de l’URSS, la Moldavie est un pays de 2,6 millions d’habitants, à très grande majorité roumanophones. Sa capitale est la ville de Chisinau. 

Autrefois nommée Bessarabie, la République de Moldavie ne doit pas être confondue avec la région de Moldavie (capitale Iassy), une des trois composantes de la Roumanie actuelle avec la Valachie et la Transylvanie. À la différence de la Roumanie, la République de Moldavie n’est pas membre de l’Union européenne ni de l’OTAN. Elle est frontalière avec l’Ukraine. Son territoire officiel comprend une région russophone, sécessionniste de fait, la Transnistrie (capitale Tiraspol). Des troupes russes (environ 1 500 hommes) 2 stationnent en Transnistrie, étroite bande de terre enserrée entre le reste de la Moldavie et l’Ukraine. 

On estime que près de 25 % de la population de la République de Moldavie vit à l’étranger, dont une majeure partie au sein de l’Union européenne. Du temps de l’URSS, la Moldavie, en très grande partie rurale, était notamment connue pour être une zone de production de vins, ce qu’elle est restée.


Succès diplomatique

Lundi 21 novembre s’est tenue à Paris une conférence d’aide internationale destinée à soutenir économiquement et financièrement la République de Moldavie, considérée par beaucoup d’observateurs comme une « victime collatérale » du conflit en cours sur le sol ukrainien. 

Elle regroupait 34 pays dont les États-Unis et 15 organisations internationales. Elle était pilotée par un triumvirat composé de l’Allemagne, de la France et de la Roumanie. L’objectif était double. Tout d’abord réagir - au seuil de l’hiver - à la pire crise énergétique du pays depuis trente ans et ensuite accompagner la Moldavie sur le chemin de son adhésion à l’UE. 
La Moldavie est désormais privée du gaz russe et de l’électricité ukrainienne. Elle accueille toujours 80 000 réfugiés ukrainiens sur son sol.  

À l’issue de cette conférence, la France s’est félicitée de l’octroi d’une nouvelle tranche d’aide internationale de 100 millions d’euros à la République de Moldavie.

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

David Bescond

Il y a 1 ans

Signaler

0

100 000 millions cela me parait impossible. Vous vouliez sans doute dire cent millions.

À lire

Enfance en danger : Karl Zéro, Mathieu Bock-Côté et Najat Vallaud-Belkacem au menu d’OMERTA

Le cinquième numéro papier d’OMERTA , d'ores et déjà disponible en kiosque, frappe fort en abordant des thématiques trop souvent taboues, des scandales volontiers mis sous le boisseau, en lien avec l’avenir de nos enfants.

Vers un accord électoral majeur entre Marine Le Pen, Éric Ciotti et Marion Maréchal

Selon nos informations, provenant des différents états-majors politiques concernés, l’union des droites pourrait être scellée dès aujourd’hui. Le Président des LR doit prendre la parole à 13h ce mardi. Sa position semble contestée au sein de son parti.

Quand le général de Gaulle refusait de commémorer le 6 Juin 1944

Si depuis trente ans, les commémorations des principaux anniversaires du débarquement anglo-américain sur les côtes normandes sont orchestrées, et parfois instrumentalisées, par les Présidents de la République française, il n’en a pas toujours été le cas.

[Éditorial] : Euthanasie, le débat confisqué

Même si son adoption entrainerait une rupture anthropologique majeure, l’euthanasie n’intéresse guère les Français. Bien organisé, le lobby promoteur du suicide assisté a su convaincre Emmanuel Macron de ne pas prendre en compte l’avis d’une grande majorité de soignants. A contrario, le nécessaire développement des soins palliatifs n’est pas garanti financièrement dans les années à venir.

Europe : à quelques jours des élections, la grogne des agriculteurs ne retombe pas

Dans cette semaine préélectorale, les agriculteurs européens se mobilisent, des Pyrénées à Bruxelles pour défendre leurs intérêts et alerter l’opinion. En France c’est le syndicat Coordination rurale qui demeure le plus mobilisé, la FNSEA restant en retrait.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier