Géopolitique

Un accord israélo-libanais sur leur frontière maritime

La lecture des articles est réservée aux abonnés

 
On connaît les rapports traditionnellement tendus entre Israël et le Liban, notamment du fait de l’ingérence des États d’Israël, de la Syrie et de l’Iran dans la politique libanaise. Malgré le cessez-le-feu de 2006, Israël et le Liban sont toujours officiellement en guerre, une situation provoquée à l’origine en 1968 par la riposte israélienne aux attentats de l’Organisation de Libération de la Palestine (OLP) perpétrés notamment depuis le territoire libanais. Une situation qui a notamment conduit Israël à occuper le sud du Liban de 1978 à 2000. 

Outre l’importance de l’accord qui vient d’être signé comme symbole de normalisation des relations israélo-libanaises, il va permettre à ces deux pays de sécuriser l’exploitation gazière dans leurs espaces maritimes situés en mer Méditerranée. Israël aura la liberté d’exploiter le gisement de Karish où il souhaitait commencer une production gazière dans quelques semaines. Le Liban, pour sa part, se voit confier en totalité l’exploitation du gisement de Cana, situé en partie dans les eaux israéliennes. Israël recevra une compensation financière sur les revenus de ce dernier. 

Cet accord est également une bonne nouvelle pour la société française TotalEnergies qui a remporté une licence d’exploitation du champ gazier de Cana. 

Cette concrétisation pourrait être l’un des derniers actes politiques forts du président libanais Michel Aoun, 87 ans, dont le mandat est arrivé à expiration cet été. Il occupe ce poste depuis près de six ans, et selon la constitution libanaise, son successeur devra comme lui être issu de la communauté catholique maronite. La situation économique du Liban demeure très préoccupante, d’autant plus depuis le déclenchement du conflit russo-ukrainien. 

Un autre conflit gazier subsiste en Méditerranée, celui qui oppose la Turquie d’un côté et Chypre et la Grèce de l’autre. Il explique en partie les menaces récurrentes d’Ankara à l’encontre de la souveraineté d’Athènes sur certaines îles du Dodécanèse. 

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Elections Européennes : LR veut reconquérir l’électorat agricole

Désormais acquis au vote centriste (macroniste) pour certains, tentés par faire confiance au RN ou à Reconquête pour d’autres, les agriculteurs ont pourtant longtemps été une chasse gardée de la droite gaulliste et libérale. Tête de liste LR aux élections européennes, François-Xavier Bellamy tente de rallier leurs suffrages à sa candidature.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Mobilisation des agriculteurs : un parfum de 1992

Le monde paysan français n’avait pas connu une telle mobilisation depuis plus de trente ans. Comme leurs homologues allemands, hollandais, polonais ou roumains, les agriculteurs de l’hexagone entendent alerter les pouvoirs publics sur la souffrance qui monte au sein de leur profession victime d’une compétition mondiale de plus en plus rude.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier