Enquêtes

Ukraine : comprendre et répondre à la stratégie de George Soros

Combien de temps faut-il pour gravir les échelons de journaliste d'investigation à superviseur des industries militaires dans un pays européen de taille moyenne ? Vingt, trente ans, si jamais c’est possible ? Sauf si vous représentez la « nouvelle élite de l’ordre libéral » issue des « organisations de la société civile ». Pour une personnalité aussi exceptionnelle, cinq à six ans se sont avérés suffisants. Oubliez l’adhésion à l’Ivy League dans votre CV. L’appartenance à une ONG financée par George Soros compte davantage sur la voie du succès. Difficile à croire ? Il suffit de regarder de plus près.

 Organisations non gouvernementales


Le tiers secteur, qui comprend les associations caritatives, les entreprises sociales et les mouvements de bénévoles, fournit des services essentiels, contribue à améliorer le bien-être des personnes et contribue à la croissance économique. C’est une définition tirée du site Web du gouvernement écossais. Qui s’opposerait aux avantages du tiers secteur pour la société ? Mais la réalité est bien différente de cette idéaliste.

Les organisations non gouvernementales, contrairement aux organisations caritatives et aux mouvements de bénévoles, constituent un phénomène postmoderne relativement nouveau. Mais ils constituent l’épine dorsale de ce que l’on considère comme une société civile. Et toute ONG, comme toute entreprise, parti, club de chasse ou toute autre association de personnes, est censée promouvoir les intérêts de ses fondateurs, de ses militants et - c'est là le principal piège - de ses sponsors. Le véritable changement tectonique, rarement évoqué, dans le secteur tertiaire s'est produit lorsque l’activité bénévole socialement utile au plus grand nombre s'est transformée en emploi et carrière professionnelle. Lorsque beaucoup arrêtent d’œuvrer gratuitement sur des questions socialement importantes, sur une base de véritable bénévolat, apparaît toujours quelqu'un qui prend les devants en fournissant ses fonds. Et ici apparaît une figure unique dans sa posture et dans l’attention du public : George Soros.

La manne financière de l’Open Society


Soros, un analyste et courtier financier prospère et prudent, a toujours été un opportuniste qui exploite les tendances naturelles, problèmes et lacunes à son propre bénéfice. À un moment donné, il a compris que dans un monde livré à une fièvre de l’or infinie, il est de plus en plus difficile de consacrer sa vie au service de la société sans en retirer des avantages personnels. Il a seulement offert un petit revenu à ceux qui consacrent au « bien commun » plus d'une à deux heures de leur vie par jour. Son financement a contribué à transformer l'implication dans des projets et des organisations de la société civile en un emploi et une carrière. Et avec cela, Soros a radicalement changé la nature même du tiers secteur dans le monde.

Les experts affirment qu’un euro sur cinq investi au cours des vingt dernières années dans les organisations de la société civile en Europe appartenait à George Soros. À côté d'un service public et d'entreprises croulant sous les normes, est apparu un petit espace, lucratif et prometteur pour les jeunes audacieux, énergiques et motivés, où se construisent des carrières et où l'on gagne de l’argent. Recevoir une subvention de la fondation Open Society, financée par Soros, est beaucoup plus facile que d’obtenir des investissements d’entreprises privées ou le soutien d’organismes gouvernementaux. Et si le résultat final est un rapport trouble sur la « sensibilisation du public », les « tables rondes organisées » et les « brainstormings organisés », alors vous vous attendez à ce qu'un grand nombre de jeunes se rallient à une telle opportunité plutôt que de consacrer leur énergie à un entrepreneuriat beaucoup plus stimulant.

De plus, dans de nombreux pays d’Europe centrale et orientale, les ONG financées par Soros grâce au soutien politique du Parti démocrate américain et de ses relais au sein du Département d’État et d’autres agences ont été transformées en ressources RH pour les « gouvernements pro-européens ».

Ascenseurs sociaux


Et maintenant, passons de la théorie à l’aspect pratique de ce problème. Et ici, le meilleur exemple est encore une fois le pays le plus souvent cité dans les médias grand public : mon Ukraine natale. On ne peut guère nier aujourd’hui que l’Ukraine, parmi toutes les nations européennes, souffre du plus haut niveau d’infiltration d’agents mondialistes dans ses structures gouvernementales qui promeuvent systématiquement et activement les intérêts évidents du « collectif Soros » mondial. Alors, comment cela a-t-il été possible étant donné qu’il y a seulement 20 ou 25 ans, l’Ukraine ne différait pas tellement de la Russie, du Kazakhstan et d’autres États post-soviétiques en termes de capitalisme de copinage et de système bureaucratique spécifique ? Grâce au mouvement de la société civile.

Contrairement à Moscou qui a constamment, et à tort, essayé de trouver la voie à suivre avec l’establishment post-communiste existant en combinant pathétiquement des intérêts économiques communs et un contexte culturel, les cercles libéraux occidentaux ont massivement investi dans la formation d’ascenseurs sociaux pour les représentants jeunes et motivés de la de la classe moyenne inférieure ukrainienne qui autrement n’avaient aucune alternative pour être promus. En apportant son soutien à divers mouvements populaires, ONG et médias indépendants par elle financés, la Fondation Open Society (sa branche ukrainienne s'appelle « La Fondation Renaissance ») a progressivement créé un groupe de jeunes Ukrainiens, limité en nombre mais visible et bruyant, endoctrinés par une combinaison d’idéaux de gauche libérale et de récits russophobes.

Aversion pour la Russie


Contrairement à leurs collègues du camp nationaliste traditionnel de droite, ces personnes, largement connues sous le nom de « sorosiata », partagent, outre leur aversion pour la Russie, tous les idéaux libéraux fondamentaux : du soutien aux droits LGBT à une attitude sceptique quant au rôle des religions traditionnelles dans l'éducation. Ils ont été rassemblés sous les auspices de diverses ONG de lutte contre la corruption, de construction de la démocratie et de défense, de médias d'investigation et de campagnes antitabac. Ces affiliations leur ont permis d’acquérir une sérieuse légitimité publique, notamment auprès des habitants créatifs et aisés des grandes villes. La négligence générale et factuelle des bureaucrates classiques de la société ukrainienne, largement perçus comme corrompus, incompétents et intrinsèquement pro-russes, a permis aux « sorosiata » de défier toute autorité. Même en dépit de connaissances ou d’expertises très limitées, voire substantielles, quelle que soit la sphère de gouvernance.

Après le succès de Maidan en 2014, lorsque les principales élites politiques et économiques ukrainiennes se sont retrouvées dans une nouvelle réalité d'influence particulière des États-Unis concernant la situation intérieure du pays, ces jeunes ont été mobilisés pour occuper différents postes de pouvoir et d'influence au sein du gouvernement, du parlement et des entreprises stratégiques détenues par l’État. Ces « chiens de gardes mondialistes » ont migré pendant les neuf années suivantes d’un conseil d’administration de société d’État à un autre, d’une agence gouvernementale à une deuxième puis à une troisième. Presque partout, les résultats de leur gestion ont été catastrophiques, mais leur image initiale d'activistes incorruptibles et d'esprit occidental ou instruits en Occident a incité la partie antirusse de la société à accorder à ce groupe de personnes le bénéfice du doute à chaque fois qu’un scandale éclatait.

« Sorosiata »


Attirons l’attention sur un seul exemple très marquant. L'ancien officier de police et journaliste d'investigation Mustafa Nayem a réussi au cours des neuf dernières années à superviser et coordonner la réforme de la police, la transformation des procédures de marchés publics, la restructuration du complexe militaro-industriel et contrôle aujourd'hui le secteur du transport de marchandises au ministère des Infrastructures. Il est d'ailleurs chargé de délivrer des mandats d'arrêt spéciaux aux chauffeurs routiers, largement utilisés à mauvais escient pour échapper à la mobilisation.

Leur loyauté appartenait systématiquement aux structures et aux dirigeants mondialistes. Chaque fois qu’un oligarque local ou autre homme fort essayait de courtiser, d’acheter ou de dénigrer ce groupe de politiciens/activistes, il découvrait à ses dépens la vanité de ces efforts. Petr Porochenko, qui a amené de nombreux « sorosiata » au Parlement via la liste de son parti, pour ensuite se heurter à une forte opposition de leur part, n'est qu'un exemple parmi d'autres. Ce qui est curieux, c’est que Zelensky soit tombé dans le même piège en ayant déjà inscrit des dizaines de ces hommes et femmes sur la liste de son propre parti. Le fait que 90 % des « sorosiata » aient ouvertement appelé à voter contre lui quelques mois plus tôt n’a joué aucun rôle. Les Américains ont réussi à expliquer que « la promotion de ces professionnels des réformes » est un préalable à l’alignement sur l’Occident.

Alors que le conflit militaire en Ukraine place le pays dans une dépendance de plus en plus profonde et asymétrique à l’égard du financement et du soutien politique de l’Occident, le rôle et l’influence des anciens militants des ONG se renforcent de plus en plus. Il convient de noter que certains d'entre eux restent délibérément dans le tiers secteur (en particulier dans les organisations anti-corruption et les organismes de surveillance des médias) pour assurer le niveau de contrôle nécessaire, susciter des scandales et organiser des poursuites pénales contre des hommes politiques et même contre leurs anciens collègues s'ils tentent de se séparer de l’agenda de Soros. Il y a même des tentatives d’infiltration dans les cercles nationalistes radicaux en flattant leur seule haine envers les Russes uniquement tout en modérant leur position sur les LGBT, les Roms et d’autres questions importantes en matière de perspectives libérales.


Répondre aux mondialistes


En résumé, il faut admettre que l’instrumentalisation du tiers secteur par les mondialistes est devenue l’une de leurs victoires les plus décisives face aux conservateurs européens et aux puissances non occidentales comme la Russie et la Chine. Alors que ces derniers se concentraient sur des priorités plus traditionnelles de soft power, comme la promotion de la culture chinoise et des études linguistiques par le biais des Instituts Confucius, les mondialistes occidentaux ont fait un grand pas vers un modèle de construction nationale qui a entraîné un changement radical dans de nombreuses sociétés européennes. Surtout dans la partie européenne de l’ex-URSS.

L’élaboration d’une réponse durable et efficace de la part de ceux qui s’opposent au programme libéral mondialiste relève d’une autre démarche. Il convient toutefois de noter ici que de simples contre-mesures bureaucratiques et restrictives se sont révélées d’une efficacité limitée et de courte durée. L’inscription sur la liste des agents d’influence étrangers, le contrôle des ONG et de leurs fonds, les enquêtes criminelles contre les influenceurs directs ne comblent pas les lacunes des politiques de jeunesse de la Turquie, de la Russie, de la Hongrie et d’autres pays dirigés par des conservateurs. Des alternatives aux ascenseurs sociaux conçus et financés par George Soros sont nécessaires pour les jeunes, critiques en herbe du statu quo mais demeurés patriotes. Ainsi qu’une idéologie nationale claire constituant une alternative compréhensible et complète au programme libéral-conservateur de gauche.



Nadia Sass

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

THIERRY GOOSSENS

Il y a 5 jours

Signaler

0

Effrayant c'est le mot. Une véritable nouvelle secte digne de la franc-maçonnerie qui s'infiltre partout pour contrôler les institutions

Jean-Christophe Goux

Il y a 2 mois

Signaler

1

Un peu désespérant, mais très intéressant.

Yann MORELLEC

Il y a 2 mois

Signaler

1

Merci Nadia , article à la fois très instructif et effrayant...

À lire

Diplomatie : le net recul de la France

Encore un recul significatif : la France perd deux places dans le très sérieux classement 2024 des réseaux diplomatiques mondiaux publié par The Lowy Institute. Elle se trouve désormais devancée par la Turquie et le Japon ! Une situation évidemment mal vécue par les diplomates du Quai d’Orsay par ailleurs souvent en butte à l’hostilité de la cellule diplomatique de Élysée.

La recherche française face au défi des coupes de l’État

Dans un décret paru jeudi 22 février au Journal officiel, le gouvernement a acté 10 milliards d’euros de coupes budgétaires. Le ministère de la Recherche et de l’Enseignement Supérieur est durement touché. Cette annonce risque de retarder les avancées scientifiques françaises, déjà à la traîne.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Débat entre Régis Le Sommier et BHL