Politique

Ukraine : à Washington, le vote du budget préfigure-t-il l’arrêt de l’aide américaine ?

Grand adversaire de la Russie, les Etats-Unis se sont positionnés dès l’invasion du 24 février 2022 du côté ukrainien. Plusieurs plans d’aides financières et militaires considérables ont été accordées depuis le début de la guerre, comme la livraison de 31 chars Abrams en janvier 2023 et de bombes à fragmentation en juillet dernier. Mais ce lundi 4 décembre, dans un courrier adressé à Mike Johnson, patron de la Chambre des représentants, la directrice du budget de la Maison Blanche, Shalanda Young, affirme que si le Congrès ne vote pas le budget américain d'ici la fin de l'année, les États-Unis seront « à court de ressources ». Même Lindsey Graham, qui disait devoir « mener une guerre jusqu’au dernier Ukrainien », a annoncé ce lundi sur CNN qu’il n’enverra pas davantage d’aide à l’Ukraine « tant que nous nous aiderons pas nous-même ». Cela empêcherait le gouvernement américain de pouvoir livrer plus d'armes et d'équipements à l'Ukraine, et de fournir du matériel venant des stocks militaires américains. Mike Johnson a renvoyé sèchement la balle sur le réseau social X : « L'administration Biden est incapable de répondre aux inquiétudes légitimes (des conservateurs) de mon groupe parlementaire sur l'absence de stratégie claire pour l'Ukraine, sur une issue au conflit, ou sur la manière de superviser l'emploi de l'argent des contribuables américains ». La vice Première ministre ukrainienne en charge de l’intégration européenne, Olga Stefanishyna, a réagi ce matin à cette actualité : « Bien entendu, chaque signal comme celui-ci nous inquiète », déclare-t-elle avant d’ajouter : « Nous nous battons pour notre survie ».

« Ce chiffre traduit l’effort de la France »


La France, quant à elle, continue de financer l’Ukraine sur le plan humanitaire, militaire et sécuritaire. La vice-Première ministre estime que « le processus de l’intégration de l’Ukraine à l’Union européenne est un signal fort envoyé par l’Union européenne », elle ne s’inquiète donc pas d’un éloignement des pays occidentaux quant au sort de son pays. Selon un rapport parlementaire présenté, mercredi 8 novembre, devant la commission de la défense et des forces armées de l’Assemblée nationale, le coût du soutien militaire apporté par la France à l’Ukraine atteint 3,2 milliards d’euros. Depuis l’entrée des troupes russes sur le sol ukrainien en février 2022, la France a cédé une quantité importante de matériels militaires aux forces de Kiev : une quarantaine de canons, plusieurs dizaines de véhicules blindés, une centaine de missiles, deux lance-roquettes unitaires, deux batteries antiaériennes, des gilets pare-balles, des lunettes de vision nocturne ou encore des casques. Un choix qui coûte cher, mais assumé par les parlementaires, pour qui « ce chiffre traduit l’effort de la France, en valorisant ce que coûte aujourd’hui le remplacement des matériels cédés ». La guerre, qui perdure depuis presque deux ans maintenant, va-t-elle, après les Etats-Unis, épuiser également le budget français ?  

Julie Péron

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

philippe paternot

Il y a 2 mois

Signaler

0

des sous ... pour l'ukraine pas pour les gaulois; des gilets pareballes pour les ukrainiens, pas pour les jeunes français qui sont égorgés par des racailles , etc.

À lire

Diplomatie : le net recul de la France

Encore un recul significatif : la France perd deux places dans le très sérieux classement 2024 des réseaux diplomatiques mondiaux publié par The Lowy Institute. Elle se trouve désormais devancée par la Turquie et le Japon ! Une situation évidemment mal vécue par les diplomates du Quai d’Orsay par ailleurs souvent en butte à l’hostilité de la cellule diplomatique de Élysée.

Ukraine : ces poulets qui venaient du froid

Alors que la crise agricole se poursuit en France à quelques jours de l’ouverture du Salon de l’Agriculture, les poulets venus d’Ukraine refont parler d’eux. La société MHP se dit « choquée » par les attaques françaises à son encontre qui sont pourtant bien fondées. A quelques mois des élections européennes, le poulet ukrainien semble en passe de remplacer le plombier polonais come moteur des préventions souverainistes à l’égard des institutions de Bruxelles.

Le Conseil d’État menace la chaîne CNews : une provocation qui passe mal

La décision de la juridiction administrative suprême accédant à la demande surprenante de Reporters sans frontières de contrôler le pluralisme rédactionnel de la chaîne CNews appartenant à Vincent Bolloré a déclenché de vives réactions dans les rangs des défenseurs du pluralisme politique au sein du paysage médiatique. Quelques explications sur cet effet boomerang.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

Affaire Stanislas : la gauche tente de relancer la guerre scolaire

En suspendant le versement de ses subventions à l’établissement Stanislas, la mairie de Paris tente de fissurer le consensus relatif à l’enseignement libre existant depuis le début de la Ve République. Cette approche respectueuse des libertés n’a en fait jamais été acceptée par la gauche française.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL