Géopolitique

Turquie : sévère défaite du parti d’Erdogan aux élections municipales

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Avec 37,74 % des voix le Parti républicain du peuple (CHP), héritier théorique des idées de Mustapha Kemal Atatürk, formation politique classée à gauche, est arrivé en tête devant le Parti de la justice et du développement (AKP), islamiste et néo-ottoman, et son allié nationaliste MHP, qui n’obtiennent que 35,49 % des voix. Avec 5,68 %, les Kurdes du HDP/DEM arrivent troisième avec 5,68 % des voix et gagnent le scrutin dans trois métropoles de l’est du pays dont Diyarbakir, considérée comme la capitale du Kurdistan de Turquie, après avoir été une ville arménienne jusqu’au génocide du début du XXe siècle.

A Istamboul, principale ville du pays, le maire sortant Ekrem Imamoglu (CHP), 52 ans, étoile montante de l’opposition, est réélu malgré l’implication personnelle d’Erdogan (lui-même ancien maire de la ville) dans la campagne électorale. Les Stambouliotes sont descendus dans la rue pour fêter cette réélection De même à Ankara, capitale administrative de la Turquie, Mansur Yavas (CHP), 68 ans, conserve les rênes de la municipalité. 

Pas d’inflexions géopolitiques au programme


Ekrem Imamoglu et Mansur Yavas sont désormais les favoris pour incarner le visage de l’opposition à l’occasion des prochaines élections présidentielles qui n’auront lieu qu’en 2028. Le CHP l’emporte également à Smyrne et Antalya sur la côte méditerranéenne, ainsi  qu’à Bursa, au nord-ouest du pays. L’AKP conserve principalement des métropoles de second ordre, situées au centre du pays, sur le plateau anatolien.

Cette défaite de l’AKP aux élections locales ne devrait pas affecter à moyen terme les options géopolitiques de la Turquie, qui reste membre de l’OTAN sans couper les ponts avec la Russie et qui s’oppose fermement, au moins dans son discours, à la riposte israélienne menée dans la bande Gaza après l’attaque terroriste meurtrière du Hamas le 7 octobre dernier. Le logiciel néo-ottoman développé par Erdogan dans la région, notamment contre l’Arménie en appui de l’Azerbaïdjan, devrait également …

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier