Géopolitique

Tunisie : record mondial d’abstention

 Le premier tour du scrutin législatif qui s’est déroulé le samedi 17 décembre en Tunisie s’est soldé par une abstention record de plus de 88 %. Un scrutin souhaité par le président tunisien Kaïs Saïed, 64 ans, au pouvoir depuis octobre 2019 et plus encore depuis son coup de force du 25 juillet 2021. La plupart des observateurs s’inquiètent de l’absence de retour à la normale en Tunisie, plus de dix ans après le « printemps arabe » de 2011. Personne en tout cas ne s’attendait à un tel boycott des élections par le peuple. Preuve en est désormais du désamour entre les Tunisiens et la politique, à écouter la plupart des observateurs. Renouer avec la pratique démocratique sera compliqué, tant la déception semble grande. 

Influencé par le nationalisme arabe, mais plus nettement plus conservateur que révolutionnaire, le président Saïed est notamment très hostile à l’État d’Israël et considéré comme proche de l’Algérie voisine. Les États-Unis réclament de lui un retour à l’État de droit en Tunisie, tandis que la France qui craint par-dessus tout une nouvelle déstabilisation du pays, s’inquiète surtout de la situation économique du pays. Kaïs Saïed sort en tout cas fragilisé de ce premier tour de scrutin, même s’il exclut pour l’instant de donner sa démission, ce que réclament bien entendu les oppositions. 

Par ailleurs, l’ancien Premier ministre tunisien Ali Larayedh, issu du parti islamiste Ennahdha a été arrêté le mardi 20 décembre dans le cadre d’une enquête sur le départ de jeunes Tunisiens vers la Syrie entre 2011 et 2014 aux fins de pratiquer le Djihad contre le régime du président Bachar el-Assad. On parle de 5000 à 6000 Tunisiens concernés par cet engagement islamiste. Certains y voient un avertissement du régime contre toute tentative de déstabilisation dans les jours et les semaines qui viennent. On doute fort en effet que le second tour des élections législatives ne règle quoi que ce soit en Tunisie. 

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier