Géopolitique

Trois questions à Caroline Galactéros : “L’accord entre l’Ukraine et la France est totalement irresponsable”

Un accord bilatéral de sécurité a été signé le 16 février 2024 entre l’Ukraine et la France à l’occasion de la visite de Volodymyr Zelensky, le président ukrainien. Il prévoit une aide de trois milliards d’euros supplémentaires pour l’Ukraine. Paris va aussi accompagner Kiev dans le développement de sa cybersécurité, dans sa lutte face au contre-espionnage et la criminalité organisée. La France continuera d’apporter son aide humanitaire aux Ukrainiens.
Ce texte a été approuvé par l’Assemblée nationale et le Sénat le 13 mars. Caroline Galactéros, docteur en sciences politiques et conseillère diplomatique d'Eric Zemmour, alerte sur la dangerosité de cet accord. 

Si la France défend l’Ukraine avec cet accord, est-ce qu’il n’y a pas un risque que la Russie entre en guerre avec la France ?


Bien sûr. Je pense qu’en signant cet accord, nous nous mettons dans une situation extrêmement dangereuse. Pour moi, ce texte est totalement irresponsable dans le contexte actuel. Donc, nous prenons de très gros risques parce que ce texte a été évoqué au moment même où le président de la République parle d’une possible mutualisation de notre outil nucléaire au service de l’Europe. Si on continue de rechercher l’escalade comme on le fait au lieu de rechercher un accord, le champ des possibles va s’élargir, mais à notre détriment. Je pense qu’on ne mesure pas du tout la réalité du rapport de force. La France prend de grands risques.  

L’accord parle d’une possible “nouvelle agression” de la Russie en Ukraine. Or, une guerre est déjà en place. En quoi consisterait concrètement une nouvelle agression ?


Si la Russie avançait au-delà de ses positions actuelles et au-delà de la Crimée, ce serait perçue comme une nouvelle agression. Ou une cyberattaque. Je pense que c’est surtout prévu dans le cas d’un accord de cessez-le-feu qui n’est pas près d’intervenir malheureusement. L’accord est prévu pour dix ans. Si jamais il y a un cessez-le-feu dans cette période-là et que la Russie le brise, alors ça serait considéré comme une nouvelle agression contre l’Ukraine. Donc je pense que le fait d’utiliser cette expression est une manière d’anticiper ce qui pourrait se passer.

L’accord évoque que “les capacités militaires de l’Ukraine soient d’un tel niveau qu’en cas d’agression militaire extérieure à la France, l’Ukraine soit en mesure de fournir une assistance militaire efficace”. Est-ce qu’il y a un risque que la France se fasse agresser ? Pourquoi évoquer cette éventualité ? Qui menace la France ?


C’est un cas de figure. Si demain, nous avons officiellement des troupes au sol françaises qui aident l’Ukraine “à ne pas perdre”, c’est-à-dire qu’ils font durer le conflit dans une perspective très hypothétique du retournement de la situation militaire, les forces ukrainiennes peuvent nous aider. Mais cela vient de l’imbrication des forces. Si vous vous battez ensemble, il faut que les uns comme les autres puissent voler au secours du partenaire. C’est assez logique. Attaquer l’Ukraine, c’est attaquer la France. Attaquer la France c’est attaquer l’Ukraine à partir du moment où ça se passe en Ukraine. 

Un grand entretien avec Caroline Galactéros est disponible sur notre chaîne Youtube.

Laura Renoncourt

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Portugal 1974-2024 : Pour comprendre la Révolution des œillets

Il y a 50 ans jour pour jour, les « capitaines d’avril » renversaient pacifiquement la dictature éculée de Marcelo Caetano sur fond d’une interminable guerre de décolonisation. Au-delà de la question du retour festif de la démocratie dans ce pays, cet évènement doit s’analyser en considérant le sens particulier que revêt l’Histoire dans cette ancienne puissance maritime européenne.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier