Enquêtes

Trans : la confusion des genres

Téléchargez gratuitement l’application mobile d’OMERTA pour visionner nos documentaires :
🤳 IPhone : https://apps.apple.com/fr/app/omerta/id6443905422
📲 Android : https://play.google.com/store/apps/details?id=com.omerta.mobile

Amélie Menu a souffert de dysphorie de genre à l'aube de sa vingtaine. La réalisatrice ne se reconnaissait pas dans les standards de la féminité et ce décalage créait en elle une grande souffrance. Ne se sentant pas en conformité avec son genre, sur le plan physique et sur le plan psychologique, Amélie Menu a commencé une transition sociale en adoptant un prénom et des pronoms masculins.

Le militantisme transgenre désormais omniprésent et radical a fait réaliser à Amélie Menu qu'elle aurait pu entamer un parcours médical et chirurgical afin de changer de sexe, si ces questions l'avaient traversée de nos jours. À l'époque cependant, le sujet était très peu médiatisé et elle a rapidement compris que ce n'était pas son souhait.

Elle aurait ainsi pu se retrouver dans le cas de nombreux jeunes qui font aujourd'hui le choix de « détransitionner », c'est-à-dire d'abandonner leur transition et les implications médicales qui vont avec. Certains d'entre eux allant jusqu'à attaquer en justice les médecins et les institutions médicales qui les ont accompagnés dans ce processus.

Car deux camps s'opposent aujourd'hui sur ces questions, d'un côté les personnes qui se revendiquent du « transsexualisme » et estiment par là même souffrir d'un trouble psychologique et de l'autre celles qui se qualifient de « transgenres » et considèrent que leur condition est simplement une identité sociale qu'il faut reconnaître comme normale. Au cœur de ces divisions se trouve la transidentité.

Amélie Menu, pour essayer de comprendre les divergences qui sévissent au sein même de la communauté LGBTQIA+ et leurs répercussions sur la société française qui découvre le phénomène, est allée à la rencontre de tous ces acteurs. Médecins, militants, psychothérapeutes, personnes transgenres, elle s'est entretenue avec tous ceux qui traitent du sujet au quotidien. 

La transidentité est-elle une condition médicale ? Ou un phénomène social ? Est-ce une avancée sociétale ? Ou une dérive idéologique ? Le sexe est-il un invariant biologique ? Ou une construction sociale ?

Pour répondre à ces questions difficiles, le documentaire offre au spectateur une multitude de points de vue, de partis pris, de questions ouvertes et d'avis d'experts souvent opposés. En somme, tout ce qui lui permettra de se faire son idée propre sur un sujet qui touche autant aux sciences humaines qu'au législatif, autant à l'éthique qu'au juridique.

À retrouver sur notre application mobile. Lien en début d'article.

La rédaction d'Omerta

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Patrice OEUILLET

Il y a 10 mois

Signaler

0

Attention : à ce jeu-là vous allez perdre des abonnés et ce serait dommage. Moi non plus je ne ragrde pas les vidéos sur un minuscule écran de téléphone alors si ça se généralise je ne vois pas pourquoi je poursuivrai mon abonnement ...

Ju' Ju'

Il y a 1 ans

Signaler

0

Comme les autres, très envie de voir ce reportage sur mon écran PC et non sur mon petit écran smartphone ..

DANIEL DROUARD

Il y a 1 ans

Signaler

0

Jamais je ne regarde la moindre vidéo sur un téléphone tout simplement pour cause de mauvaise vue. Ainsi je constate que j'ai payé un abonnement à un média TV dont je ne verrai jamais les vidéos? Mauvaise affaire encore une fois!

Yann Henry

Il y a 1 ans

Signaler

1

Bonjour à tous, très heureux de rejoindre et soutenir ce projet de media alternatif; par contre j'avoue que j'aimerais meiux voir vos documentaire sur mon ordinateur plutôt que sur l'écran de mon smartphone, avez vous comme projet de permettre de visualiser les vidéos depuis nos PC? Merci pour votre réponse et pour votre travail !

Goosh Fen

Il y a 1 ans

Signaler

1

Pareil, il est impossible d'avoir accès aux contenus vidéos depuis un ordinateur de bureau. Merci de remédier à cela

steve mayor

Il y a 1 ans

Signaler

0

Je viens de payer un abonnement premium, je n'ai pas de smartphone et donc je ne peux même pas regarder le documentaire... Super.

BOUTEILLE CHRISTINE

Il y a 1 ans

Signaler

2

je n'ai pas d'application et n'en veux pas. alors, alimenter cette chaîne à laquelle je-nous sommes abonnés...

BOUTEILLE CHRISTINE

Il y a 1 ans

Signaler

0

d'accord avec vous..

furansugo jisatsu

Il y a 1 ans

Signaler

1

Je suis sur que le reportage est surement très bien et excelent. Je sais que Amelie Menu fait du bon travail, et si elle a été adoubé par Charlotte D'Ornellas, on ne peut que être sur du résultat. Mais j'ai payé 5 euros juste pour le voir, au final si j'ai bien compris, je peux voir qu'une version courte, mais surtout je peux que le regarder sur mon telephone ... Mais moi je veux pas être obliger de telecharger une applis dont je sais rien, et surtout de devoir regarder le reportage sur un écran de téléphone ... ça s'est vraiment abusé et foutage de gueule par contre. Franchement la dessus je suis dégouté et je me débrouillerais pour le regarder autrement ...

Adil Sabry

Il y a 1 ans

Signaler

0

Question : la version complète du documentaire n'est pas encore présent dans l'application censé venir le 25 novembre. Est-ce normal ?

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

[Éditorial] Attaque de l’Iran contre Israël : le monde retient son souffle…

Pour sa riposte, inévitable après la destruction de son consulat à Damas, l’Iran, pensait-on, utiliserait ses « proxy », le Hezbollah au Liban, les milices chiites en Irak ou les Houthis en Mer Rouge pour se venger d’Israël. Rien de tout cela ne s’est produit.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

À Voir

Débat entre Régis Le Sommier et BHL