Géopolitique

Tensions entre la Pologne et l’Ukraine, tempête dans un verre d’eau ?

Non, Varsovie, principal soutien militaire européen de Kiev, n’est pas en train de lâcher l’Ukraine. C’est en substance le message rassurant qu’a transmis Andrzej Duda, président polonais.
Mateusz Morawiecki, son Premier ministre, avait suscité l’inquiétude mercredi 20 septembre en annonçant que la Pologne ne fournirait « plus aucun armement à l’Ukraine », suscitant aussitôt la crainte d’un revirement de la politique de soutien de la Pologne à l’Ukraine dans son conflit avec la Russie. Andrzej Duda a donc précisé que la Pologne ne transférait pas à l’Ukraine le nouvel armement qu’elle était en train d’acquérir pour moderniser ses forces armées. De quoi apaiser les craintes que Varsovie ne lâche Kiev en rase campagne. 
 
Ces déclarations contradictoires reflètent les tensions de plus en plus vives entre la Pologne et l’Ukraine. L’une des principales causes de ces tensions réside dans des différends commerciaux concernant l’importation de céréales ukrainiennes par la Pologne. En mai, l’UE avait décidé de mettre fin à l’interdiction d’importer des céréales ukrainiennes, une décision qui a immédiatement suscité la colère de la Pologne. En réponse à cette décision de l’UE, la Pologne a imposé des embargos unilatéraux sur les produits ukrainiens, jetant ainsi de l’huile sur le feu. L’Ukraine a riposté en annonçant qu’elle porterait plainte devant l’Organisation mondiale du commerce (OMC).
 

Confusion et tensions « regrettables »

 
La France a exprimé sa préoccupation face à ce qui ressemblait de plus en plus à une brouille entre la Pologne et l’Ukraine. Catherine Colonna, ministre française des Affaires étrangères, a qualifié ces tensions de « regrettables ». Elle a souligné que ces frictions semblaient être influencées par des considérations de politique intérieure. Colonna a également affirmé que la décision de l’UE de lever l’interdiction d’importer des céréales ukrainiennes n’aurait d’impact négatif ni sur la concurrence ni sur les marchés de céréales. L’appel à la retenue de la France reflète les préoccupations partagées au sein de l’UE quant à l’escalade des tensions dans la région et à ses répercussions potentielles sur la stabilité régionale.

Rédaction

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

La gauche radicale poursuit sa guerre contre la filière agroalimentaire française

Le Village de l’eau de Melle (Deux-Sèvres) a été l’occasion d’une action massive des écologistes radicaux à la Rochelle dirigée contre les gros producteurs et collecteurs de céréales utilisant les infrastructures du port de La Pallice. Plusieurs centaines d’activistes ont commis de nombreuses dégradations dans la préfecture de Charente-Maritime ce samedi 20 juillet.

L’Assemblée nationale effectue sa rentrée dans une ambiance surchauffée

La nouvelle législature de l’Assemblée nationale a réélu sa présidente macroniste mais elle sera sous le contrôle d’un bureau majoritairement aux mains des élus du Nouveau front populaire. Le Rassemblement national, de son côté, a été tenu à l’écart des différents organes de gestion de la chambre des députés.

Nice : un incendie criminel tue trois enfants

Dans la nuit du mercredi au jeudi 18 juillet, un incendie s’est déclaré à Nice. Le nombre de victimes s’élève à sept personnes dont trois enfants. La piste criminelle est envisagée.

Dernier train pour Benoît Duteurtre

Le monde des lettres françaises pleure la mort prématurée d’un romancier antimoderne, nostalgique d’une France généreuse où la douceur de vivre n’était pas un vain mot. Benoît Duteurtre avait redonné de fort belle façon leurs lettres de noblesse aux trains, aux vaches, à l’opérette et aux plages normandes.

Enfance en danger : Karl Zéro, Mathieu Bock-Côté et Najat Vallaud-Belkacem au menu d’OMERTA

Le cinquième numéro papier d’OMERTA , d'ores et déjà disponible en kiosque, frappe fort en abordant des thématiques trop souvent taboues, des scandales volontiers mis sous le boisseau, en lien avec l’avenir de nos enfants.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier