Géopolitique

Sénégal : l’élection surprise du panafricaniste Bassirou Diomaye Faye dès le premier tour de l’élection présidentielle

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Le Premier ministre sortant Amadou Ba a reconnu ce lundi 25 mars sa défaite dès le premier tour de l’élection présidentielle sénégalaise C’est donc Bassirou Diomaye Faye, un inspecteur des impôts polygame (l’homme a deux épouses) de 44 ans qui succède à Macky Sall (au pouvoir depuis 2012) à la présidence de la république du Sénégal, ancienne colonie française de 18 millions d’habitants. Emprisonné en avril 2023 pour outrage à magistrat et diffamation par le pouvoir sortant, il n’a été libéré que le 15 mars dernier. 

Ce candidat antisystème est membre du PASTEF, parti d’Ousmane Sonko, lui-même empêché de se présenter à la magistrature suprême en janvier dernier par la Cour constitutionnelle. Cette formation politique affiche ouvertement son panafricanisme et sa prise de distance avec la France. Elle plaide pour le Sénégal parvienne à une « souveraineté économique » vis-à-vis des multinationales présentes dans le pays.

Le Sénégal pourrait sortir de la zone monétaire du franc CFA


Membre de l’ethnie sérère et se référant volontiers à l’historien controversé Cheikh Anta Diop (1923-1986), promoteur d’un afrocentrisme aux bases historiques contestables, le nouveau chef d’État du Sénégal se voit affublé de l’étiquette de populiste par certains de ses adversaires  Le nouveau président, qui se veut de gauche et porteur d’espoir pour la jeunesse locale, pourrait surtout tourner le dos à la tradition d’amitié franco-sénégalaise entretenue depuis l’indépendance du pays en 1960 par Léopold Sédar Senghor et ses successeurs, Abdou Diouf, Abdoulaye Wade et Macky Sall. Bassirou Diomaye Faye souhaite notamment sortir son pays du système monétaire du franc CFA. 

Si cette élection s’est passée dans le calme, il faut rappeler néanmoins qu’à Dakar, l’université Cheikh Anta Diop, haut-lieu de contestation au Sénégal, a été fermée durant neuf mois à compter de juin 2023 suite à l’arrestation d’Ousmane Sonko. Il reste désormais à savoir comment vont s’articuler les rapports entre le Sénégal et …

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

philippe paternot

Il y a 3 semaines

Signaler

0

ah, s'il pouvait en finir avec le franc cfa! ça nous ferait des économies, (je rêve!)

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier