Société

Se faire justice soi-même : une idée qui trotte dans la tête des Français

 Ce sont des pratiques qu’on croyait abandonnées en France qui resurgissent aujourd’hui. Depuis plusieurs mois, les Français semblent de moins en moins croire en leur justice, quitte à la remplacer parfois. 

Le premier incident survient à la fin du mois d’août, lorsque qu’une femme de quatre-vingt-neuf ans est agressée très violemment par trois jeunes de cité qui voulaient lui voler son sac. La scène est filmée, et largement exploitée sur l’émission de Cyril Hanouna, TPMP, toujours à l’affût d’un buzz. Celui-ci ne manque pas d’arriver : le fils de la victime vient sur le plateau, brisé. « La justice ne fait rien », dit-il dans un sanglot. Le maire de la ville de Cannes, David Lisnard, réagit : « Si c'était ma mère...c'est peut-être moi qui serais en prison ». 

L’idée, dont le maire de Cannes n’est cependant pas à l’origine, à germé dans la tête de certains. Dans celle de ce père de famille de Rhône-Alpes qui, après avoir appris que sa fille de 6 ans avait été agressée par un mineur isolé de 16 ans, l’a roué de coups. « Je ne regrette rien », a-t-il déclaré au micro de BFM-TV. 

A Nantes, suite au meurtre d’une femme voilée par un franco-pakistanais, ce sont les habitants qui ont mené leur enquête pour trouver le coupable, et avec succès. Peu de temps après, celui-ci a été amené au commissariat où il a avoué son crime. Mais à Nantes, il y a aussi ces deux migrants soudanais qui ont violé une Française en pleine rue. Depuis, dans plusieurs quartiers de la ville, des rondes s’organisent la nuit, pour remplacer le travail de patrouille des forces de l’ordre. Des rondes non-violentes bien entendu, mais dissuasives. A Lyon, les mêmes rondes s’organisent face à la montée de la délinquance et de la criminalité un peu partout dans la ville. Ces « milices citoyennes », ainsi qu’elles s’appellent, sont organisées par les habitants pour prendre en charge la surveillance des rues. 

L’absence de l’Etat et de son système judiciaire est ainsi l’une des critiques les plus fréquentes adressées par les victimes de l’insécurité. L’affaire Lola, du nom de cette jeune fille massacrée par une Algérienne sous le coup d’une OQTF, avait notamment pointé du doigt ce phénomène. L’Institut pour la Justice a ainsi attaqué l’Etat pour « inaction sécuritaire » cette semaine. 

La rédaction d'OMERTA

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Soyez le premier à ajouter un commentaire

À lire

Élections européennes : La fiche d’identité d’Europe Démocratie Espéranto

Pour qui allez-vous voter aux élections européennes ? Si vous êtes encore indécis, et même si vous avez fait votre choix, Omerta vous propose une fiche d’identité de toutes les têtes de listes avec leurs principales propositions. Laure Patas d’Illiers représente la liste Europe Démocratie Espéranto. Son programme s’axe principalement sur l’adoption d’une langue commune au sein de l’Europe.

L’entretien de Milorad Dodik donné à OMERTA largement commenté en ex-Yougoslavie

Le 10 mai dernier, lors de sa visite à Paris le président de la République Serbe de Bosnie, Milorad Dodik, donnait un long entretien au directeur de la rédaction d’OMERTA, Régis Le Sommier. Cette interview a déclenché de nombreuses réactions dans la presse bosniaque et serbe.

Emmanuel Macron peine à rassurer les agriculteurs

De l’avis de beaucoup d’observateurs, Emmanuel Macron a rapidement mis sous le boisseau la crise agricole, étant incapable de la régler. L’Élysée mise sur un succès de la FNSEA lors des prochaines élections aux chambres d’agriculture pour garder le contrôle de ce secteur économique en pleine mutation, quitte à laisser la révolte gronder dans les campagnes françaises.

Cinéma Omar Sy à Trappes : c’est Renoir qu’on assassine

La ville de Trappes (Yvelines) a décidé de rebaptiser le cinéma municipal du nom de l’acteur au prétexte qu’il soit natif de la commune. En faisant cela, le maire socialiste Ali Rabeh, proche de Benoit Hamon, et son conseil municipal remisent au placard Jean Renoir, inoubliable réalisateur de « La Grande Illusion » et de « La Règle du jeu ».

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL