Politique

Sciences Po : une jeunesse engagée à gauche

 
Intitulée « Une jeunesse engagée », l’enquête indique qui sont ces étudiants, et ce qu’ils pensent. Vue d’ensemble de ses principaux résultats. 


L’élite de la nation… 

Historiquement, Sciences Po a toujours été « l’école de l’élite ». Effectivement, 70% d’entre eux sont issus de Professions et Catégories Sociales favorisées. Dans les autres universités françaises, ce chiffre tombe environ à 40%. Si cela peut paraître énorme, c’est cependant moins qu’il y a vingt ans, quand ils représentaient 82% des étudiants. Une des raisons de ce changement se situe sans doute dans le changement de la procédure d’admission : cette dernière inclut désormais des quotas de 30% de boursiers, dont la moitié issus d’un lycée ayant une « convention d’éducation prioritaire ». 

D’ailleurs, ces étudiants assument tout à fait leur appartenance à cette élite « sciencepiste » (70%). Pour autant, ce n’est sûrement pas la méritocratie qui leur a permis d’y accéder selon eux. Alors qu’en 2002, ils étaient 55% à penser que les compétences et les diplômes justifiaient leur appartenance à l’élite, ils ne sont plus que 21% à rejoindre cet avis. A la place, ce sont les relations et la naissance (44%) qui arrivent en tête, l’argent devenant également une raison majeure de cette affiliation (9,9%). Évidemment, une grande partie d’entre eux est « fortement politisée » (54%). 


…est à gauche… 

Mais alors, que pense cette élite ? Sans surprise, les étudiants de Sciences Po sont, à une écrasante majorité, à gauche. L’étude indique d’ailleurs un « glissement vers la gauche radicale » qui se manifeste de diverses manières. Partiellement défiants vis-à-vis de la politique (32%), leur contestation s’exprime largement à gauche : 55% d’entre eux ont voté pour Jean-Luc Mélenchon dès le premier tour de l’élection présidentielle de 2022 (33% de plus que les Français). Suivent Emmanuel Macron avec 21% (28%), et Yannick Jadot avec 11,7% (4,6%). La droite, de son côté, ne représente que 14% des suffrages contre 22% en 2002. Elle représentait pourtant environ 40% lors de la dernière présidentielle. La représentativité s’étiole encore plus lorsqu’il s’agit de Marine Le Pen : seul 1% des étudiants a voté pour elle, soit plus de 95% de moins que lors de la présidentielle dernière ! 

Mais ce n’est pas seulement électoralement que ces étudiants se situent à gauche. Spontanément, les étudiants pouvaient proposer des personnalités politiques qu’ils admiraient. Sur les 16 arrivées en tête, seules deux peuvent être classées au centre-droit. En tête, la membre du Congrès Alexandria Ocasio-Cortez, une femme politique américaine classée à l’extrême-gauche qui s’est démarquée par ses positions socialistes, écologistes et pro-immigration. Dans cette liste, on retrouve ensuite la Première Ministre de la Nouvelle-Zélande Jacinda Ardern (écologiste), Emmanuel Macron, Jean-Luc Mélenchon et Volodymyr Zelensky. Christiane Taubira, Sandrine Rousseau et Philippe Poutou figurent également dans ce « Top 16 ». 

…ou très à gauche 

Les causes défendues par les « sciencepistes » suivent la même tendance. Protection de l’environnement (26%), lutte contre les inégalités (16%) et défense des droits des femmes (15%) sont les trois causes majeures de leur engagement. 

Si près de 85% des étudiants ont une bonne image de la laïcité, ils sont près d’un sur deux à considérer que les jeunes filles devraient pouvoir porter le voile à l’école. Au-delà de cette laïcité, c’est le mouvement #Metoo qui a bonne presse chez eux avec 87,6% d’opinions positives. Les syndicats complètent ce podium des « valeurs positives » avec 74,4%. 

Cependant, c’est même à l’extrême-gauche que l’on pourrait classer une partie de ces étudiants : 46,6% d’entre eux ont une bonne image du wokisme. Pour ce qui est des valeurs traditionnellement positionnées à droite, le constat est moins éloquent : patriotisme (53,3% de négatif), armée (57,6%), police (60,1%) et autorité (64,4%) gardent une connotation péjorative pour cette partie de l’élite. 

La rédaction d'OMERTA

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

Patrick Jobart

Il y a 1 ans

Signaler

0

Donc les futurs dirigeants du pays sont à gauche et extrême gauche. On est mal barrés.

Guy Barrier

Il y a 1 ans

Signaler

0

Je viens de m'abonner et ai accès à toutes les rubriques.

Anne Mitteau

Il y a 1 ans

Signaler

0

je suis abonnée, et pourtant, ce quii m'a été confirmé par mail, mais apparemment, je n'ai pas accès à la totalité des articles???

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Attaque de l’Iran contre Israël : le monde retient son souffle…

Pour sa riposte, inévitable après la destruction de son consulat à Damas, l’Iran, pensait-on, utiliserait ses « proxy », le Hezbollah au Liban, les milices chiites en Irak ou les Houthis en Mer Rouge pour se venger d’Israël. Rien de tout cela ne s’est produit.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier

Débat entre Régis Le Sommier et BHL