Géopolitique

Russie : mieux comprendre son logiciel impérial

La lecture des articles est réservée aux abonnés

Partant du constat que « la Russie perçoit l’extension de l’OTAN sur son flanc occidental comme une menace croissante pour sa sécurité et son intégrité », Jean-Robert Raviot, professeur en études russes et post-soviétiques à l’Université Paris-Nanterre, a entrepris de comprendre l’origine de cette réaction. L’auteur situe ainsi au sein du Kremlin le centre de la dynamique de puissance propre au logiciel impérial russe. Ce faisant, il observe la permanence d’une « dynamique moscopolite » aux ressorts archaïques, employée au service d’une indéniable puissance continentale. 

Concernant la « dynamique moscopolite », Jean-Robert Raviot précise qu’il n’y a pas de pathologie impériale russe mais bien un logiciel impérial qui remonterait à 1480 et au grand-prince de Moscou Ivan III. Ce logiciel, animé par la nécessité de conduire la guerre et de centraliser le pouvoir, serait encore à l’œuvre dans le post-empire russe contemporain, tirant sa capacité de résilience dans sa capacité à générer de façon récurrente des directions politiques stables. D’abord puissance continentale, puis se tournera vers l’Europe lorsque Pierre le Grand fixera sa capitale à Saint-Pétersbourg, avant de devenir une puissance continentale en annexant le Caucase et l’Asie centrale. La principale tâche des Soviétiques sera de conserver et de renforcer l’État jusqu’à l’échec final de Gorbatchev débouchant sur un post-empire : l’actuelle Fédération de Russie.

Un « impérialisme défensif »


Face à ce post-empire, l’Ukraine aurait, selon l’auteur, « opté pour une stratégie que le politiste Fiodor Loukianov a qualifiée d’État-kamikaze en faisant le choix inconditionnel de l’Occident au détriment de la poursuite de la politique d’équilibre entre la Russie et  l’Occident ». Ce choix serait moins la résultante d’un nationalisme ukrainien anticommuniste « banderiste » que le fruit de la politique d’ukrainisation soviétique et moscopolite menée à partir des années 1960. 

Quan à la puissance continentale russe …

Jérôme Besnard

Soutenez un média 100% indépendant

Pour découvrir la suite, souscrivez à notre offre de pré-abonnement

Participez à l'essor d'un média 100% indépendant
Accédez à tous nos contenus sur le site, l'application mobile et la plateforme vidéo
Profitez de décryptages exclusifs, d'analyses rigoureuses et d'investigations étayées

Commentaires

philippe paternot

Il y a 2 mois

Signaler

0

on a pu entendre pour la première fois depuis des années poutine parler dans son interview par tuker carson,

À lire

Perpignan : Éric Naulleau parraine le premier Printemps de la liberté d’expression

Est-on encore libre de s’exprimer en France où se heurte-on à diverses formes de censure dès lors que l’on critique le wokisme ou l’islamisme ? C’est l’interrogation que formulent chacun à leur façon les invités du premier Printemps de la liberté d’expression organisé au Palais des Congrès de Perpignan du 3 au 5 mai par le Centre Méditerranéen de Littérature. Une initiative salutaire qui rassemble Michel Onfray, Henri Guaino, Jean Sévillia, Georges Fenech, Boualem Sansal ou encore Alain de Benoist.

[Éditorial] Nouvelle-Calédonie : le dégel du corps électoral s’impose

Après trois échecs référendaires, les indépendantistes kanaks, soutenus et encouragés par des puissances étrangères, tentent de s’opposer au dégel du corps électoral en Nouvelle-Calédonie. Un jusqu’au boutisme qui s’oppose à la volonté de la majorité des Néo-Calédoniens, soucieux de perpétuer les liens tissés depuis 1853 dans le respect des traditions de cet archipel du Pacifique.

Jeux Olympiques : une douche froide pour les hôtels parisiens

La période des Jeux Olympiques était censée être synonyme de franc succès pour les hôtels. A 120 jours de l’événement de l’année, de nombreuses chambres restent encore inoccupées pour l’occasion. Des prix exorbitants semblent freiner les clients. Les hôtels enclenchent la marche arrière et commencent à baisser leur prix.

CETA : le point sur ce dossier après le rejet du traité de libre-échange entre l’Union européenne et le Canada par le Sénat français

Le gouvernement français est gêné aux entournures par le rejet au Sénat du traité de libre-échange entre l’UE et le Canada, déjà entré provisoirement en vigueur et ratifié par l’ancienne Assemblée nationale. Une initiative communiste qui risque fort de revenir en débat fin mai à l’Assemblée nationale par le biais d’une niche parlementaire.

Obus nord-coréens sur front ukrainien : le cadeau de Kim à Poutine

La grande presse l’avait évoqué, OMERTA l’a constaté, ce sont bien des obus fabriqués en Corée du Nord qui ont en partie assuré l’approvisionnement de l’artillerie russe pilonnant les troupes ukrainiennes, comme le raconte Régis Le Sommier dans le quatrième numéro de notre magazine disponible en kiosque dès le jeudi 8 février.

À Voir

Iran : retour d'expérience sur CNews de Régis Le Sommier